Les Détours de Babel dans ton canapé avec Rajery

Prenez un bambou, un gros, pas une simple pousse. Rajoutez-y des câbles de freins de vélo (ou toute autre corde). Accordez-les avec des calebasses. Voilà vous obtenez une valiha ! Bien qu’étant originaire d’Indonésie, la valiha (sorte de cithare ou de harpe tubulaire) est l’instrument emblématique de l’île de Madagascar. Sur cette île, parmi tous les joueurs de valiha il y a un prince, et ce prince c’est Rajery.

Après un passage remarqué au Festival des Détours de Babel l’an passé avec la formation 3MA, Germain Randrianarisoa (Rajery) revient pour cette édition 2020 en solo et en duo avec Driss El Maloumi « magicien du oud ».

Auteur, compositeur, interprète, musicothérapeute, Rajery naît en 1964 dans le berceau du Royaume Merina au nord de la capitale Antananarivo.
Alors qu’il a à peine un an, il perd l’usage des doigts de sa main droite et doit être rapidement amputé. Cette épreuve n’empêchera pas ce fils de paysan d’apprendre très jeune à jouer de la valiha.

Se lançant avec un premier groupe dès le début des années 80, puis chef d’orchestre de l’ensemble de valiha d’Akombaliha, Rajery va rapidement dépoussiérer et rajeunir les musiques traditionnelles des hauts plateaux et des zones côtières.

Toujours accompagné de sa valiha il sort un premier album en 1999 avant d’atteindre la consécration en remportant le Prix RFI Musique du monde en 2002.

Rajery c’est une musique cristalline, mélancolique, tendre, triste…
Rajery c’est une voix chaude qui nous raconte les joies et les souffrances de son peuple et de son île (déforestation, insécurité, pauvreté…)
Rajery c’est aujourd’hui six albums solo et une escapade à cordes avec le Malien Ballaké Sissoko (kora) et le Marocain Driss El Maloumi (oud)…

Rajery c’est celui qui amène Madagascar sur le devant de la scène internationale. Pour trouver Rajery dans vos bibliothèques préférées c’est ICI

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.