A l’occasion de la future sortie en salle du film « Control » d’Anton Corbijn sur Ian Curtis et le groupe Joy Division, voici en avant-première un voyage musical dans l’œuvre du collectif qui aura changé, en moins de 3 ans, le cours musical des années 80, en géneral et la ville de Manchester, en particulier.

Joy Division - Unknown pleasuresUnknown pleasures / Joy Division

Un must pour toute discothèque. Avec sa pochette minimale et sa musique synthétique, le ton est donné et rien ne sera plus jamais comme avant. Les compositions de Joy Division évoquent le monde intérieur de Ian Curtis et la ville de Manchester, en pleine décomposition post-industrielle. La musique est oppressante, mécanique et s’appesantit sous les rythmiques martiales des claviers et de la batterie. La voix particulière et troublante du chanteur vient hanter le tout. Le début d’une « nouvelle vague » musicale…

substance2.jpg« Love will tear us apart » in Substance : 1977-1980 / Joy Division

Ce titre, enregistré du vivant de Ian Curtis mais sorti après sa mort, en juin 1980, restera certainement comme un testament musical posthume (tout comme l’album Closer). Ce titre, qui parle du désamour, atteint rapidement la cinquième place des charts indés anglais. Elle allie une musicalité extraordinaire à des textes intimes; une réussite qui nous laisse sans voix et nous fait regretter les extraordinaires possibilités créatrices de Ian Curtis.

story.jpgNew Oder story / New Order

Ce DVD retrace l’histoire du groupe Joy Division et New Order avec images d’archives et clips. Quelques morceaux du groupe sur scène permettent de se rendre compte du charisme et de l’originalité du collectif. Le groupe New Order renaît des cendres de Joy Division et se lance dans l’expérience musicale, en créant la techno-pop (cf. le titre « Blue Monday ») et l ‘effervescence de la Hacienda, mythique club de Manchester dans les eighties.

Voilà de quoi tenir en haleine, en attendant la sortie du film (sortie officielle le 26 septembre).

PS : et pour ceux qui douterait de la modernité de Joy Division, nos amis de Discoblog ont découvert un groupe qui nous fait remonter le temps…

Categories : A découvrir - tags : ,

2 réponses

  1. Zezette dit :

    Non, non pas du tout …..Le premier album de Joy était tellement en avance sur son temps que son écoute peut en rebuter plus d’un. C’est pourquoi on préfere souvent la production du second album. Néanmoins, cet opus n’égalera jamais la beauté glacée et torturée d’Unknown pleasures. Avec deux disques, le groupe atteint le niveau de groupe culte …c’est pas si mal. Et moi j’adore.

  2. François dit :

    Bon sang, moi qui ai toujours cru que Ian Curtis n’était pas vraiment mort et s’incarnait de temps à autre dans un groupe ou dans un autre (A Place To Bury Strangers, le dernier en date)… et surtout qui était persuadé, à grand coup de promotions et de guides FNAC, que c’était Closer l’incontournable de Joy Division, et non pas Unknown Pleasures. Aurai-je été berné ?

Laisser un message