Ça y est, pas de doute, c’est l’été, et comme tout un chacun, vos dévoués bibliothécaires musicaux ont droit à un repos bien mérité (mais attention, pas tous à la fois : les bibliothèques restent ouvertes tout l’été !).
Et que croyez-vous que fait le discothécaire pendant ses vacances ? des siestes, du vélo, des après-midi entiers sur la plage, des stages de macramé, des voyages au plus ou moins long court, la tournée des popotes, du surf à Lacanau, les musées de Florence? Eh bien un peu tout ça, et même quelquefois RIEN, mais alors rien du tout : bref, le discothécaire fait à peu de chose près ce que fait le commun des mortels pendant ses vacances, et même, il écoute de la musique RIEN que pour le plaisir !
Alors, en exclusivité pour vous, les discothécaires grenoblois vous révèlent quelles musiques vont les accompagner dans leurs aventures estivales (sauf Julien, qui a répondu tout de go : « No music !, je n’écouterai cet été que les p’tits zoizeaux et le chant de la nature » … quel poète ce Julien !
).

Cette semaine : Martine

La mer, la vraie, la grande, celle qu’il faut mériter après avoir traversé le pays dans toute sa largeur : alors bien sûr, on entame le voyage avec « On the road again » de Canned Heat, c’est une tradition incontournable. Après quoi on peut passer aux choses sérieuses, et nourrir l’autoradio avec du consistant (et du consensuel) :
Les nouveautés qui ont accroché l’oreille et qui donnent envie d’une écoute plus approfondie :
-Henry Butler & Steven Bernstein : Viper’s drag (quand New York et la Nouvelle-Orléans dansent ensemble)

henry butler

– Rosemary Standley & Dom La Nena : Birds on a wire (la voix de Moriarty et le violoncelle de Dom La Nena dans des reprises intimistes)

birds on a wire

– L’Arpeggiata, dirigé par Christina Pluhar : Music for a while : improvisations on Henry Purcell (la voix de haute-contre de Jaroussky, dans une musique qui glisse subtilement du baroque au jazz)

arpeggiata

-Sons of Kemet : Burn (1 sax + 1 tuba + 2 batteries = 1 mélange de rock, de jazz, de funk et d’afro-beat)

sons of Kemet

… et puis les valeurs sûres : un peu d’Afrique, un doigt de jazz, une pincée de classique :
-Ablaye Cissoko & Volker Goetze : Amanké Dionti (kora et trompette), Cesaria Evora, Toumani Diabaté, Oscar Peterson, Hadouk Trio, le concerto pour violon de Sibelius par Joshua Bell, et aussi quelques disques de blues, pour la mélancolie du retour …

Categories : A découvrir

Laisser un message