tomatito

Que vous soyez amateur de flamenco ou réfractaire à ce genre musical, « Soy flamenco », album de Tomatito, va vous mettre d’accord. Si, « es possible », car sa musique peut plaire aux deux parties.

Tomatito a trouvé un juste équilibre entre tradition et innovation, dans un bel exemple de ce que l’on appelle le « nuevo flamenco » : tout en conservant les spécificités du flamenco, il y a injecté des ingrédients venus du rock, du jazz, de la rumba, avec une instrumentation inhabituelle.
Rien de tragique dans la voix de Mari Angeles Fernandez Torres, pas d’accentuation des « palmas » (battements de mains), pas d’effets de virtuosité de la guitare de Tomatito, mais ces voix, ces palmas, cette guitare ainsi que les bulerias1, les soleas2 respectent le genre flamenco. Par contre tout est joué comme effleuré et l’air « Soy flamenco » représente bien cette légèreté du jeu.
L’expérience foisonnante de Tomatito pourrait expliquer sa musique car il a fait partie des orchestres de Camarón de la Isla, chanteur représentant la tradition, et de Paco de Lucia, guitariste représentant l’innovation.
Voici une musique sobre et élégante venue du sud de l’Espagne qui s’acclimate bien sous nos cieux.

Où trouver ce document ?

  1. la Bulería appartient au registre festif du flamenco, c’est un des mouvements les plus rapides et complexes rythmiquement du flamenco []
  2. une autre forme – ou palo – du flamenco, probablement apparue dans la partie la plus méridionale de l’Espagne []
Categories : Album de la semaine

Laisser un message