Dans le cadre du festival des Détours de Babel, François Raulin rend hommage à Ishi, le dernier amérindien Yana, dans « Restez, je m’en vais », un spectacle mêlant écriture et musique, inspiré par le livre de Theodora Kroeber « Ishi : testament du dernier indien sauvage de l’Amérique du Nord  »
Professeur Stéphane nous propose à cette occasion un tour d’horizon des musiques inspirées par les descendants des premiers américains…

Connaissant bien l’histoire des tribus indiennes d’Amérique du Nord, j’ai envie de vous faire connaître l’influence de la culture des peuples autochtones du continent nord-américain sur la scène musicale mondiale à travers deux voyages totémiques musicaux. Car la restauration et la défense de la culture et de l’identité des nations amérindiennes passent et s’expriment par la musique.

TOTEM MUSICAL N°1 :totem1

En effet l’influence des « native americans » (comme ils se désignent eux-mêmes aux États-Unis) et des premières nations du Canada est présente chez de nombreux artistes, soit parce qu’ils ont du sang indien, soit parce que leur spiritualité et leur histoire héroïque inspirent leurs compositions musicales dans divers styles.

En écoutant les chants envoûtants accompagnés par le son des tambours qui rythment les danses religieuses et guerrières des indiens des grandes plaines, vous aurez la sensation d’être dans le cercle d’un véritable pow-wow et de danser la danse sacrée du soleil.

Durant cette cérémonie musicale vous entrerez en communion avec le grand esprit des Sioux oglalas et dakotas, des Cheyennes et des Arapahos des hautes plaines. De même vous pourrez entendre la voix grave du poète, écrivain, acteur et activiste de l’ancien président de l’American Indian Movement (AIM) John Trudell, de la bande des Sioux Santee du Nebraska.

Puis en contournant les grands lacs américains vous serez initiés aux chants des tribus des Winnebagos et des Ojibwés. Tandis que dans les grandes plaines du Sud vous danserez sur les rythmes du saxophoniste Jim Pepper de la nation Kansa de Wichita.

En traversant le Sud-Ouest aride, la flûte indienne de Raymond Carlos Nakai et la voix de Davis Mitchell vous envoûteront lors de votre voyage musical dans les canyons de l’Arizona, et vous découvrirez la culture de la nature dans la grande réserve des Navajos dans les Four Corners.
Puis avant de descendre le Rio Grande au Nouveau Mexique en direction de la frontière mexicaine vous pourrez participer par la pensée aux rites sonores des sociétés secrètes des pueblos Hopis et Zunis, descendants des fameux Anasazis. Moi je suis fan du shaman pueblo flûtiste Robert Mirabal et du groupe rock Xit de Tom Bee.

En remontant vers les Woodlands du Nord-Est en passant par les Appalaches vous ferez une halte chez les Iroquois. Vous serez bercés par le blues de la chanteuse guitariste Pura Fé de la tribu des Tuscaroras de Caroline du Nord qui revendique comme l’Oneida Joanne Shenandoah ses influences indiennes pour transmettre son héritage culturel.
Le chanteur Bill Miller vous fera lui aussi découvrir l’héritage de sa tribu algonquine des Mohicans du Wisconsin, tout comme le Sioux sisseton Floyd Westerman dont le chant vous évoquera les visions des grands chefs indiens tels que Crazy Horse, Sitting Bull, Cochise…

Moi j’aime bien chasser le bison dans mes rêves en écoutant la grande voix engagée dans la défense des droits des indiens, l’activiste des grandes prairies canadiennes de la nation Cree, la pasionaria amérindienne, alias Buffy Sainte-Marie.

Et pour ceux qui veulent entendre l’écho du légendaire oiseau tonnerre à la frontière des territoires indiens au-delà du grand fleuve du Mississippi dans l’Ouest sauvage, il suffit d’écouter dans votre tipi la bande originale du très beau film de Kevin Costner «Danse avec les loups».

Par-delà la forêt boréale canadienne dans la toundra du cercle arctique vous pourrez entendre les chants et les tambours des peuples de Thulé et les jeux vocaux des Inuits dans le territoire autonome du Nunavut, comme par exemple les performances de la grande chanteuse à gorge inuite Tanya Tagaq, programmée aux Détours de Babel 2014.

Moi j’aime bien la pop de l’Inuk Elisapie Isaac
du Manitoba, surnommée la belle du Nord, ainsi que celle de Susan Aglukark.

totem bas

Categories : A découvrir

Laisser un message