Ce trio réunissant la voix soyeuse de Susanne Abbuehl, le piano aérien de Stephan Oliva et la batterie toute en suspension de Oyvind Hegg-Lunde rend un hommage à Jimmy Giuffre, clarinettiste qui dès la fin des années 50 fit souffler un vent de liberté sur la formule du trio, en se passant de la batterie (ici c’est la contrebasse qui est absente).  Un album très épuré, éloigné de toute esbroufe.

Où trouver ce document ?

Categories : Album de la semaine - tags :

Laisser un message