SLOWDIVE, « s/t »

Oui, eux aussi ont craqué. Des concerts de reformation en 2014, « pour voir », et un nouvel album en 2017, 22 ans après le précédent « Pygmalion ». De quoi susciter de l’appréhension, au mieux de la réserve sur cette énième reformation ? Mais, heureuse surprise, l’album est bon, reprenant la même formule en l’affinant : guitares cristallines, voix éthérée, pop, double chant masculin / féminin, shoegaze (Ride, My Bloody Valentine, Slowdive donc) pas vraiment de raison de bouder cet album sauf à être vraiment de mauvaise foi…

Où trouver ce document ?

Author: Julien

Né quelques jours après la mort de Jimi Hendrix (on fait se qu'on peut). S'est flatté pendant longtemps de détester le jazz mais attribue désormais cela à une erreur de jeunesse. Déteste vraiment la nouvelle-nouvelle-nouvelle chanson française. Se gausse pourtant d'avoir vu Bashung un soir de 1995 et d'y avoir pris du plaisir. A tenté (vainement) d'être musicien et traine depuis son mal-être dans des débats musicaux stériles. Persiste a porter des pulls à capuche et des Converse (le plus souvent déchirées) à bientôt 40 ans…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.