L’exorcisme musical avec Mike Oldfield

Si un pour Halloween vous sentez le démon musical prendre peu à peu possession de vos sens, ne soyez pas terrifié ! j’ai le remède miracle : la musique instrumentale du compositeur britannique Mike Oldfield.

Il faut dire que depuis le début des années 70, il a de l’expérience en matière de rituel d’exorcisme musical. Car c’est à ce jeune musicien prodige que l’on doit la terrifiante musique du plus grand film d’horreur de tout les temps L’Exorciste, issu de son premier album Tubular bells qui fut un énorme succès. Une surprise à l’époque pour un 33 tours ne comportant que deux longs morceaux, un sur chaque face. Puis il récidive dans la mouvance du rock progressif avec le même format sur plusieurs albums Ommadawn et Hergest ridge, il fallait oser.

Comme musicien exorciseur, le compositeur Mike Oldfield sait jouer de tous les instruments pour créer son propre style de rock symphonique teinté de folk en utilisant comme arme absolue, un instrument de musique idiophone de la famille des percussions : le carillon tubulaire (une série de cloches en forment de tube métalliques en laiton), accompagnée d’orgue, de mandoline et de guitare afin d’atteindre une certaine pureté instrumentale.

Dans les années 80, la musique instrumentale de Mike devient plus pop-rock en utilisant davantage le synthétiseur. Artiste discret souffrant d’une timidité maladive, Mike ne chante presque pas sur ses albums, sa voix c’est celle de sa guitare électrique et sa thérapie c’est sa musique pour exprimer ses démons intérieurs.

C’est pourquoi il préfère faire chanter des artistes invités aux voies aériennes : sa sœur Sally Oldflied, la chanteuse écossaise Maggie Reilly pour le fameux Moonlight shadow hommage au magicien Houdini et un autre pour notre pays To France, Roger Chapman pour Shadow on the wall, la chanteuse norvégienne Anita Hegerland, la rockeuse galloise Bonnie Tyler pour Islands et même la finlandaise Tarja turunen du groupe de métal symphonique, Nightwish.

Il collabore aussi avec Jon Anderson chanteur du groupe Yes, Paddy Maloney du groupe celtique irlandais The Chieftains sur l’album Amarok. Entre temps il réalise aussi la B.O du film sur le génocide cambodgien par les Khmers rouges La Déchirure.

Depuis les années 90 se touche-à-tout, s’est lancé dans différents projets musicaux (jeux vidéo, dance music…) qui font parfois grincer les dents des puristes. Ces albums de références sont régulièrement remastérisés.

Alors la prochaine fois que vous regarderez le film L’Exorciste pendant Halloween, vous serez encore plus saisi d’effroi au son angoissant des effrayantes cloches tubulaires de Mike Oldfield qui continue à faire chanter la jeune génération.

A lire aussi, l’article Bmol sur musique et films d’horreur :

Author: Stéphane

Encyclopédiste des années 80 et collectionneur de 45 tours, il ne s'est toujours pas remis de la séparation du groupe ABBA. A toujours rêvé d'être un rockeur à la Rod Stewart mais aurait aimé aussi savoir jouer de la harpe celtique. Véritable archéologue du fonds commun Musique, il souhaite faire revivre des artistes inavouables à travers des articles et des vidéos sur Bmol, en assumant sans complexe son côté rétro et nostalgique de la génération Casimir! A osé un jour passer "Dancing Queen" à l'espace Musique et Cinéma de la bibliothèque Kateb Yacine !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.