En flânant samedi après-midi entre les rayonnages de ce « disquaire » place Grenette, je n’ai pu m’empêcher de remarquer ces têtes de gondoles qui brillent, m’incitant à célébrer les 25 ans de Thriller ou encore les 30 ans de la New wave. S’en suivent des réflexions en chaînes toutes dispensables je vous l’accorde, du genre « Quoi, déjà 30 ans! » ou encore « Tiens, il a quel âge alors Robert Smith maintenant ? »

Ensuite, je ne peux m’empêcher de me faire du souci sur l’avenir de la musique sur support « physique » (= sur CD quoi). N’a-t-on plus rien à écouter que de la redite ? Les maisons de disques sont-elles devenues frileuses au point de préférer rééditer plutôt que produire ? (mouais, pas bien neuf non plus comme pensées)? Suite de ma réflexion : peut-on quand même se permettre de ne pas parler de cette « actu » dans le Bmol ?

C’est vrai que ce n’est peut-être pas nécessaire… en même temps j’adore Thriller et encore plus la New wave, alors pourquoi ne pas me faire plaisir ? Et puis, pourquoi au bout de 25 ou 30 ans, j’adore toujours écouter çà ? Pourtant, par définition, mon métier de bibliothécaire musical m’oblige (quelle corvée!) à écouter plein de choses différentes, alors pourquoi mon cœur reste-t-il soudé aux années 80 comme une huître à son rocher? J’en étais à ces réflexions en sortant du magasin quand je tombe sur une publicité pour un fleuriste en ligne me sommant de ne surtout pas oublier la fête des grand-mères et de bien me faire comprendre qu’elle ne se remettrait pas de cet infâme oubli de ma part (avouez, vous avez oublié aussi). Le temps de monter dans le tram, j’avais trouvé ce que je ressentais par rapport à tout ça : de l’agacement. Ras le bol de ce chantage affectif incessant et de cette exploitation du filon « nostalgie musicale de mon enfance« . Car, pour finir, c’est à mon compte en banque qu’on s’adresse encore une fois, comme un gros post-it collé sur mon chéquier, m’incitant à faire ce lien si facile entre l’affectif et le financier. Ridicule ! Comme si la New wave ou ma grand-mère avaient besoin de ça pour se rappeler à mon bon souvenir. Alors pour ceux que ça intéresse voilà quelques liens utiles pour ne pas passer à côté de l’ actu et se replonger dans Thriller ou la new-wave à moindre frais !

Thriller et Michael Jackson dans les bibliothèques de Grenoble :

Thriller / Michael Jackson

History vol.1 : videos greatest hits [DVD] / Michael Jackson

History on film, vol.2 [DVD] / Michael Jackson

Trois perles New-Wave dans les bibliothèques de Grenoble :

A collection [DVD] / New Order

Black Celebration / Depeche Mode

Greatest hits [partition pour chant et guitare avec tablature] / The Cure

Categories : A découvrir - tags : , ,

4 réponses

  1. RC38 dit :

    Merci du compliment Julien et n’hésitez pas à laisser vos commentaires sur le blog du Grenoble Jazz Festival.

  2. Julien dit :

    Juste un petit aparté pour féliciter l’animateur du blog du Grenoble Jazz Festival. Belle réussite tant dans le contenu que dans la forme (à voir ici)

  3. RC38 dit :

    Je partage ton avis à 400%. Les plus beaux concerts que j’ai vus datent des années 80 : Cure, les Pogues, AC/CD…. Et quand je pense qu’on veut nous faire passer Raphaël pour le nouveau Bashung, je me fais du souci pour la chanson française..

  4. Emeline dit :

    Cher RC38, je pense aussi que la chanson française a du souci à se faire. Pas forcément parce que les petits nouveaux ne sont pas bons, mais parce que les médias ont tendance à avoir du mal à tourner certaines pages. Par exemple, je pense que ce qu’on appelle la « nouvelle scène » se serait bien passé du battage médiatique sur les 30 ans de la mort de Cloclo

Laisser un message