Ils nous agacent par leur avance écologique, économique, éducative et sociétale. On leur envie (surtout moi) leur scène métal prolifique, voilà encore 3 raisons d’être jaloux des pays du Nord.

On commence avec le compositeur Islandais, Olafur Arnalds, connu pour avoir composé la musique de la série anglaise Broadchurch et en phase de nous faire oublier l’hégémonique Björk. D’abord batteur dans des groupes punk et/ou métal, il se tourne ensuite vers le piano et l’électro. Sa musique singulière est reconnaissable à sa mélancolie, l’omniprésence d’instruments classiques (piano, cordes) et sa grande sensibilité. Son dernier album « Island songs » est une pièce de maître. Pour l’occasion, il s’est posé pour contrainte de composer une chanson par semaine, dans 7 endroits différents de l’île. Le tout est restitué sur un double CD/DVD où l’on peut voir le travail d’Arnalds et s’imprégner d’autant plus de l’atmosphère des différents lieux. En résulte une ode délicate et sensible à l’Islande et son histoire ainsi qu’un voyage introspectif par-delà les paysages hantés de l’île.

Et comme un bonheur n’arrive jamais seul, restons en Islande avec Agent Fresco, groupe de post rock aussi atypique que prometteur. Et curieusement, on change de genre musical mais le fond de l’air reste le même. Cette mélancolie tangible, l’omniprésence du piano, la sensation des grands espaces et une sensibilité exacerbée. Agent Fresco fait table rase des codes du rock et s’il propose un gros son façon Katatonia, on s’étonne de la délicatesse du chant d’Arno´r Dan Arnarson, des riffs jazz, électro, de l’éclatement des barrières musicales et de l’intelligence du concept en général. Un groupe à part et qui, fort heureusement commence à percer en Europe.

On passe par Helsinki et on salue au passage l’humour de l’office du tourisme, pour faire la connaissance du multi-instrumentiste, Linear John. Alors là on oublie tout de suite les lutins sauvages des vastes plaines Islandaises, Linear John n’est pas du tout dans le même délire. A part peut-être le côté facétieux du lutin … faut voir. Parce que de la facétie ce n’est pas ce qui manque dans ce premier album « Hits with a twist ». Linear John, jeune cador de la nouvelle scène Finlandaise cultive son côté « fresh » à grand renfort de pop, bossa, cool jazz sans se cacher de ses pères, David Bowie, Beck ou les Beatles. C’est frais, c’est fin, ça se mange sans faim.

Pour se consoler et arrêter d’envier ces royaumes du Nord, on pourra se moquer de leurs étés sans nuit, des hivers sans jour, du froid et des spécialités à base de hareng fermenté.
Bien fait !

Laisser un message