MARTHA HIGH « Tribute to my soul sisters »

Martha High

Comme il est très impoli de révéler l’âge des dames, surtout des divas, on ne donnera pas celui de Martha High. On se contentera de dire qu’elle a commencé sa carrière en 1963 au sein d’un quartet vocal baptisé The Jewels.

James Brown en personne repère les quatre donzelles et en fait les choristes de son orchestre. Comme chantait le patron lui-même, « C’est un monde d’homme, d’homme, mais il ne serait rien, rien, sans une femme ou une fille », et Martha a été pendant 30 ans l’une des pièces maîtresses de l’implacable machine à groove (et à sexe) de James Brown. Elle a également accompagné Maceo Parker, et signé sous son nom quelques tubes à la bonne époque du disco. Aujourd’hui c’est avec une voix intacte, magnifiquement enrobée par le groupe japonais Osaka Monaurail (qui, bloqué en 1970, semble appartenir moins à un pays qu’à une époque), qu’elle sort cet album de pure énergie funk vintage, Tribute to my soul sisters, dont chaque titre est dédié à l’une ou l’autre de ses consœurs qui se sont succédées au sein du cirque de JB : Lyn Collins, Anna King, Vicki Anderson, Tammi Terrell, Marva Whitney, Yvonne Fair, Sugar Pie DeSanto, etc. Dames dont nous ne révèlerons pas l’âge non plus. D’ailleurs le bon groove est éternel.

Où trouver cet album ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.