1) ADELE, Someone like you

Vous vous rappelez la scène dans Bridget Jones, où elle est affalée sur son canapé, en pyjama et elle chante (ou hurle plutôt) avec sa télécommande comme micro All by myself ?
Voilà, c’est ça la chialance suprême : t’as mal parce que tu viens de te faire plaquer, t’as l’impression que le monde s’écroule, que personne t’aimera et que, comme Bridget, tu finiras dévoré par des chiens et on te découvrira au bout de dix jours. Désolé, mais c’est quand même un classique du genre ce film.
Donc, tu t’es fait plaqué par un ou une enfoiré(e) affectif , et comme si ça suffisait pas tu t’infliges en plus d’écouter des chansons qui font mal.
Ok, c’est peut-être un truc de filles, ou un truc générationnel, mais sérieusement, qui n’a jamais fait ça, hein ? Chanter en utilisant sa télécommande ou sa brosse à cheveux… et faut être honnête, plus on hurle et plus c’est faux et plus ça fait du bien….

La dernière en date : Someone like you de Adele.
Tu l’entends une fois, tu sais pas (encore) de quoi ça parle mais déjà tu sais que tu vas souffrir :

L’avantage c’est que tout le monde en a : des chansons liées a un évènement plus ou moins horrible. La liste est infinie.
Restons dans les classiques. Oui, alors, si vous êtes au boulot, entouré de vos collègues et que vous êtes du genre émotif, fermez cette page. Parce que devoir répondre à un collègue qui s’inquiète pour vous “non, mais c’est parce que je lisais l’article de Bmol et ils ont mis le clip de la chanson que j’écoutais quand mon amoureux de quand j’avais 15 ans il m’a plaquééééééé…” Vous risquez de ne pas recevoir la réponse attendue…

D’ailleurs, c’est pas pour rien que toutes les comédies romantiques ont toujours LA chanson, qui émeut, qui fait pleurer.

Vous pouvez emprunter l’album d’Adele, 21 ici.

2) DES’REE, Kissing you

Voilà LA chanson de mes 15 ans… Baz Luhrmann revisite Roméo et Juliette. On pourra dire ce qu’on veut sur ce film, mais je crois bien que c’est comme ça que j’ai découvert Shakespeare.
La BO, en revanche, rien à redire. Et avec THE chanson qui fait pleurer dans les chaumières et que j’écoutais à chaque fois que mon coeur était pseudo-brisé… Je ne connaissais pas Bridget à cette époque ( ça m’aurait inspirée tiens !).
Mais je me revois pleurer, me demander ‘Mais pourquoi il m’aime pas ?’ et chanter entre deux larmes dans un anglais plus qu’approximatif un “And aïïeeeemmmmeu kissingue youuu”.
Ahhh, quelle belle époque !

Vous pouvez emprunter la BO de Roméo et Juliet ici.

Voilà, si vous aussi vous avez des chansons de la Chialance Suprême, n’hésitez pas. Plus c’est improbable, plus c’est bon !

Categories : A découvrir - tags : ,

13 réponses

  1. Muriel dit :

    Quand j’écoute plein d’émotion ma petite fille Manon qui à 5 ans, chantait Someone like you, je me dit que ce n’est que du bonheur.

  2. Dolorès dit :

    C’est Dolorès qui n’en veut de la chialance classique. On commencerait pas par la mort de Violetta (dernier acte de Traviata de Verdi) ??

  3. Brigitte dit :

    Club des coeurs brisés me voici : même à cinquante ans passés la chialance suprème ça vous tombe dessus, au détour d’une compil d’Otis. Et là dans mon casque, son “I’ve been loving you too long” et ben il gonfle et rougit mes beaux yeux verts…Bouh ouh ouh…STOP j’ai l’antidote : un “Are you lonesome tonight”, l’un des nombreux fous rires d’Elvis. Efficace mais passager. Snif

  4. Anne dit :

    Chiche que je vous fais le même plan avec de la musique classique : )
    Qui n’en veut ?

  5. Danyelle dit :

    merci Cécile, tu m’as fait découvrir de merveilleuses chansons et voix que je ne connaissais pas.
    J’ai des souvenirs similaires de mes 15 ans de vie de fille mais pour moi c’était avec Brel et Barbara. 45 ans après je peux te dire que les plaies sont refermées et la vie est belle.
    Avance, au bout du chemin une étoile t’attends …
    bisous

  6. dit :

    Huhu, pareil que toi Eme.
    (la version courte étant Brian Adams)
    mais je regardais avec envie ceux qui avaient une chaise, depuis mon coin sombre.
    Ah ! Ces souvenirs qu’on espérait enfouis à jamais et auxquels il ne suffit que de quelques notes pour ressurgir (…et nous enfoncer dans des abimes de mélancolie adolescente et tourmentée, ou pas).

  7. Emeline dit :

    Moi je pense que ça serait « November rain », des Guns’N’Roses. 12 minutes de slow, le must pour emballer dans les boums… ou alors le must pour se payer un grand moment de solitude, les fesses sur la chaise en regardant les autres danser 🙂
    Ouch, 15 ans après ça fait encore mal …

  8. papout pout dit :

    J’avais oublié la période Roméo et Juliette une belle période et en lisant ce bel article que de chemin parcouru…..

  9. La Sirène dit :

    C’est vraiment un bel article qui met du vague à l’âme. Pour moi rien ne vaut une chanson de Francis Cabrel (C’est écrit).
    Merci et bonne continuation…

  10. Maudyenette dit :

    Oh oui, c’est tellement vrai ! Et la liste est longue !
    J’ajouterais Colourblind dans Sex Intentions, Ain’t ni sunshine when she’s gone dans Coup de foudre à notting Hill et enfin L’envie d’aimer dans Comme t’y est belle, enfin j’en ai plein d’autres en réserve 😉
    Merci de cette sélection !

  11. Alexandra dit :

    Oh Cécile ! On dirait moi !

  12. Jérome dit :

    Très bel article Cécile, bravo!

  13. Béatrice dit :

    Qui ne se reconnait pas dans cet article…Des trucs de filles oui… mais des trucs vrai!! Quelle belle sélection 😉

Laisser un message