Je ne vous apprends sûrement pas grand chose en vous rappelant que ce mois d’août 2007 nous célébrons les 30 ans de la mort du King.

elvis3.JPGVous avez vu comme moi les files de fan (plus tout jeunes) faire la queue pour déposer des fleurs et pleurer abondamment devant Graceland, la dernière demeure d’Elvis à Memphis, Tennessee.

De telles effusions, en France, cela nous fait plutôt sourire (quoi que, rappelez vous la mort de Cloclo…). Cette hystérie liée à Elvis Presley semble être aux US encore bien présente mais en France on garde du King une vision un peu ringarde, pour ne pas dire kitsch, du chanteur-lover.

Et si, en fin de compte, ce qui restait d’Elvis était plus lié au « packaging » qu’à son talent musical ? Afin d’étoffer mon argumentaire je me suis plongée avec régal dans quelques sites (pas si nombreux en fin de compte) voués à Elvis Presley et ce qui en ressort est étonnant.

La plupart de ces sites proposent avant tout des photos, fonds d’écran, jeux (faites surfer Elvis sur la vague en évitant les requins), cartes postales virtuelles (envoyez à votre grand-mère la carte d’Elvis qui chante noël) et surtout le coloriage d’Elvis posant avec un basset artésien lors de la fameuse interprétation de Hound Dog en 1956.elvis2.JPG

Bref, que du lourd, du beaucoup trop lourd derrière lequel se cachent timidement les discographies, biographies et autres liens sonores ou vidéo sur l’histoire d’Elvis.Alors passons notre chemin et allons à l’essentiel :

J’ai fais pour vous quelques petits choix (subjectifs vous m’en excuserez) pour se rappeler ce qu’il y a vraiment à se rappeler de la star du rock (attardons nous plus sur le déhanché rock’n’roll de ses débuts qu’à sa fin de carrière plutôt mielleuse).

UN PEU D’ELVIS EN PEU D’EFFORT :

UN PEU D’HISTOIRE: la vie du King

UN PEU DE MUSIQUE: la discographie complète

UN PEU DE TRI: les indispensables

Blue Suede shoes, I’m counting on you, I got a woman (BMG, 2005 [réédition]), disponible à la bibliothèque Kateb Yacine (cote 2 PRE).

From Elvis in Memphis, (BMG,2000 [réédition]), disponible à la bibliothèque Kateb Yacine (cote 2 PRE).

The Complete Elvis, partition pour chant, guitare et piano (Wise Publications), disponible à la bibliothèque Kateb Yacine (cote 2 PRE).

Elvis, that’s the way it is [DVD], réalisé par Denis Sanders (2001), disponible à la bibliothèque Kateb Yacine (cote 2 PRE).
UN PEU DE VIRTUEL: les sites
Elvis sur Wikipédia (de l’info sans l’intox)
Le site officiel (à prendre ou à laisser…)
UN PEU DE VISUEL : Hound Dog – 1956 (pour le déhanché historique…)


UN PEU D’HUMOUR :

La version live irrésistible de « are you lonesome tonight » en 1969 ou Elvis prend un fou rire monumental face au zèle de sa choriste (sans les images malheureusement…).

Eh oui, Elvis est bien mort (non, ce n’est pas le vrai que vous avez reconnu au super marché) et il laisse derrière lui le monde du rock en berne.

Heureusement naissait la même année une autre expression musicale aussi rebelle qu’Elvis à ses débuts : Le King est mort, vive le Punk!

Categories : A découvrir - tags :

9 réponses

  1. Mips91 dit :

    J.Love, n’oublie pas ce que disait Little Richard de lui, il a ouvert la voix de la musique noire, BB King était sont ami, James Brown lui rendait hommage a chaque concert, ils ont chanter ensemble chez lui, Mohamed Ali disait qu’il était humble, il a transformé la musique à sa manière, il a fait connaitre des musiques que personne n’aurais connu avant, et surtout il a « osé » le faire dans les années 50 ou il s’est fait démonter de toute part même quand ils se sont aperçu qu’il était blanc, et pour les chansons de films certains devraient les écouter au lieu de critiquer, elles sont géniales,comme la chanson qu’ils ont pris pour la Coupe du monde, il a chanté et dansé, ces pas ont été repris et le sont encore, à la fin de sa vie, même malade, sa voix était puissante, il chantait sur 3 octaves, rares sont ceux qui peuvent le faire « sans entrainement » et surtout il savait tout chanter ce qui est rare !

  2. Alex dit :

    Pas d’accord avec l’histoire de la choriste revoyez vos copies…

  3. Saulnier dit :

    Il n’ y a bien que les Français pour dénigrer ce qui les dérange. J’ai 42 ans, je suis fan de delta blues, country outlaw, rockabilly, punk, grunge, hard-rock. Elvis, je l’écoute depuis l’ âge de 11 ans et je l’ écoute encore. Seul Sam Philips lui a montré la voie à suivre, les autres s’ en sont servis pour faire du fric et desservir son talent. Elvis au cinéma n’ a eu que deux rôles intéressants, 30 films ne valent pas un clou sur 33. Quand à sa fin de carrière, l’ homme n’ était pas ridicule, il était gravement malade. Sa mort c’ est une overdose de lassitude, solitude, trahison. Les langues de putes devraient avoir honte de parler comme ça de cet homme qui s’ est toujours donné à fond pour son public, un homme généreux et grand par le talent. J’ai vu les concerts virtuels de Paris. Personne n’ est capable aujourd’hui d’ émouvoir tout un public au même instant d’ une chanson. Témoignage objectif d’un fan de musique.

  4. Mollet Pierre dit :

    Lio, c’est une honte de tenir de tel propos sur Elvis ! Elvis était un exemple !!! Il était généreux, il n’était pas imbu de sa personne, il avait des défauts mais ce n’était pas quelqu’un de ridicule…tu dois bien mal le connaitre pour pouvoir dire ça de lui… Elvis c’est plus de 1000 concerts et environ 2 milliards de disques vendus, ce qui fait de lui le plus grand vendeur de disques de tous les temps…
    Le roi est mort, vive le roi !

  5. J.Love dit :

    Il est bon de rappeler encore et encore qu’Elvis était un grand… mais qu’il n’a fait que reprendre ces que les afro-américains avaient initié avant lui. Ces derniers faisaient tellement peur à l’intelligentsia américaine et aux média qu’ils étaient boycottés dans les radios et cantonnés aux clubs de Harlem ou aux dancings de La Nouvelle Orléans. Elvis a connu le même sort quelques semaines… jusqu’à ce qu’on s’apercoive qu’il était blanc! Et qu’il soit invité au Ed Sullivan show en septembre 1956 où 50 millions de téléspectateurs le découvrent.
    Une pensée donc pour les héros oubliés du rock!!!

  6. François dit :

    « The king is gone but is not forgotten » chantait en 79 Neil Young (My My Hey Hey sur Rust Never Sleeps…). Ca n’a jamais été aussi vrai !

  7. soler dit :

    grace à mui, le rock n’est pas mort aujourd’hui

  8. Lio dit :

    En suivant l’exemple du numéro spécial des Inrock sur les histoires les plus folles du rock & roll de cet été, n’oublions pas quand même que le King à le disque d’or de la fin de carrière la plus décadente, presque ridicule. En tout cas, certainement pas un exemple pour nos enfants. Il est de ces légendes aux pieds d’argile qui cachent difficilement derrière un verni rayonnant, un personnage autrement plus torturé.

  9. Monraisse dit :

    Et quand le Punk sera mort….Vive le King !!!!
    je ne sais pas si son talent musical était remarquable, ma sa voix et son jeu de scène étaient inoubliables.
    Bisous et bonne continuation.

Laisser un message