LE MOIS INAVOUABLE #3

HÉLÈNE FISCHER, « So wie ich Bin »
Moi j’adore le schlager allemand et vous ?

C’est vrai qu’en France, à part les groupes des années 80 comme Modern Talking, Alphaville, Nena, et les chanteuses Sandra et Ute Lemper ou plus récemment Tokyo Hotel, on connaît peu les artistes d’outre-Rhin. Alors j’ai eu envie de remédier à cette lacune en vous faisant découvrir une particularité musicale bien germanique, le schlager, à travers les chansons d’une chanteuse qui est une star en Allemagne, j’ai nommé la belle et gracieuse Hélène Fischer qui est la Céline Dion teutonne.

Mais me direz-vous, ça veut dire quoi le mot schlager ? C’est issu du verbe allemand schlagen qui veut dire frapper ou taper et cela désigne un style de musique populaire des pays de l’Europe centrale et de Scandinavie basé sur des chansons rythmées avec des refrains répétitifs aux paroles simples (on peut frapper des mains en les écoutant, c’est génial !). Les schlagers ont eu leur heure de gloire aux concours de l’Eurovision ou durant les émissions de variétés le samedi soir sur les chaînes allemandes.

Le schlager de miss Hélène Fischer est plutôt pop et romantique. Il a conquis le monde entier en faisant d’elle la plus grande chanteuse allemande du moment. Alors si vous voulez vous aussi découvrir comme ma collègue Emeline le schlager allemand, venez emprunter son album « So wie ich bin ». D’ailleurs Emeline ne m’a toujours pas dit si elle aimait ou pas, j’attends sa réponse avec impatience…

De toute façon avec le schlager, c’est soit on adore soit on déteste, à vous de juger en écoutant ce medley schlager dynamique d’Hélène Fisher en direct live de la ZDF :

Où trouver ce document ?

Author: Stéphane

Encyclopédiste des années 80 et collectionneur de 45 tours, il ne s'est toujours pas remis de la séparation du groupe ABBA. A toujours rêvé d'être un rockeur à la Rod Stewart mais aurait aimé aussi savoir jouer de la harpe celtique. Véritable archéologue du fonds commun Musique, il souhaite faire revivre des artistes inavouables à travers des articles et des vidéos sur Bmol, en assumant sans complexe son côté rétro et nostalgique de la génération Casimir! A osé un jour passer "Dancing Queen" à l'espace Musique et Cinéma de la bibliothèque Kateb Yacine !

6 Replies to “LE MOIS INAVOUABLE #3”

  1. Pour ceux dont ce n’est pas la tasse de thé (ni le bock de bière), ne désespérez pas de nos cousins germains! Précipitez-vous sur les albums des 17 Hippies, groupe berlinois multi-inspiré et souvent déjanté, festif mais aussi intimiste.

  2. Bon, désolée je coche « je déteste », mais Stéphane a dit lui même qu’il n’y avait que 2 alternatives ! Maintenant que le comité a voté, qu’en disent les autres, hein ? On aimerait bien savoir, fleur ou pantoufle ?

  3. Ah mais j’ai compris pourquoi le professeur Stéphane est fan (ohoho la vieille rime !) : on se croirait dans un concours de l’Eurovision !!!
    Alors malheureusement, pour moi le schlager ça sera… 0 point, mais merci pour cette surprenante découverte !

  4. Je déteste ! Moi aussi ça me rappelle les émissions de variété que ma grand-mère regardait à la télé allemande dans les années quatre-vingt. Vraiment inavouable pour le coup…

  5. Bon, c’est un peu long… mais franchement ça vaut le coup.
    Y’a de la choré, du public en folie (spéciale dédicace à 2’40 à monsieur Pilosité faciale) et un déhanché final de touteuu beauuuté.

    C’est un peu méchant mais on me glisse dans mon oreillette que ça ressemble à de la chanson française, en allemand, des années 80.
    Bonsoir

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.