JERUSALEM IN MY HEART, If He Dies, If If If If If If

jimh

Jerusalem in my Heart (de son vrai nom Radwan Ghazi Moumneh) partage son temps entre le Canada et son pays d’origine le Liban. Sorti sur l’excellent label Constellation, qui publie depuis bientôt 20 ans toute une myriade de groupes autour d’un collectif de musiciens de Montréal (Godspeed You Black Emperor, Do Make Say Think, Silver Mt Zion ou encore Esmerine) et récemment les albums de Colin Stetson en solo et avec Sarah Neufeld, la violoniste d’Arcade Fire. Associé depuis ses débuts au post-rock dont Godspeed You Black Emperor fut l’inventeur avec quelques autres (Slint, Tortoise, etc.). Le label continue de s’ouvrir à de nouvelles esthétiques avec Jerusalem in My Heart et nous emmène tout droit vers le Moyen-Orient puisque la musique repose sur des instruments traditionnels et notamment le buzuk (sorte de luth oriental avec un long manche et une très belle sonorité) sur lesquels viennent se greffer collages sonores, effets électroniques, traitements du son divers et variés.

La dimension poétique de la musique et sa grande beauté est évidente – écoutons le titre a capella « Al Affaq, lau mat, lau lau lau » – la dimension politique est plus discrète mais se veut bien présente de la part de quelqu’un qui vit encore quelques mois par an à Beyrouth; à travers les textes et photos de la pochette, notamment la photo de dos qui montre deux enfants palestiniens jouer sur une plage peu de temps avant d’être atteints de plein fouet par des bombes lors d’une attaque israélienne…
A voir également en concert (je l’ai découvert lors d’un concert au Cab en 2014) puisque le projet prend tout son sens avec l’apport de l’artiste Charles-Andre Coderre (également responsable de cette pochette poético-absurde) qui projette des films 16mm et super-8 et vient renforcer l’univers et la cohérence du projet. On peut se faire une idée du résultat dans la vidéo ci-dessous :

A noter encore une collaboration avec le groupe rock Suuns également disponible dans les bibliothèques de Grenoble pour achever de découvrir ce musicien passionnant…

Ou trouver ce document ?

Auteur : Julien

Né quelques jours après la mort de Jimi Hendrix (on fait se qu'on peut). S'est flatté pendant longtemps de détester le jazz mais attribue désormais cela à une erreur de jeunesse. Déteste vraiment la nouvelle-nouvelle-nouvelle chanson française. Se gausse pourtant d'avoir vu Bashung un soir de 1995 et d'y avoir pris du plaisir. A tenté (vainement) d'être musicien et traine depuis son mal-être dans des débats musicaux stériles. Persiste a porter des pulls à capuche et des Converse (le plus souvent déchirées) à bientôt 40 ans…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.