Hubro, nouveau label norvégien de jazz, mais pas que.

…et même  pas si jazz que ça, finalement :

Alors que l’on a tendance à assimiler le jazz scandinave à une musique colorée d’électro, éthérée et évocatrice de grands espaces, comme nous y ont habitués le label Jazzland de Bugge Wesseltoft ou l’historique ECM de Manfred Eicher, chacun des albums produits par Hubro, ce jeune label qui porte le nom d’un oiseau de nuit* écarte à sa façon les murs de la maison, et présente d’autres courants du jazz et des musiques improvisées scandinaves.

Ce petit nouveau (enfin , nouveau en France, puisqu’il existe depuis 2010 en Norvège) ne s’enferme pas dans une esthétique définie : son directeur artistique Andreas Meland le dit : « Le but n’est pas d’avoir une esthétique musicale cohérente, je veux faire connaitre une musique audacieuse et créative hors des frontières de la Norvège ». Et c’est vrai que les 3 parutions de ce label arrivées jusqu’aux bibliothèques de Grenoble développent chacune une atmosphère et un son bien à elles :
splashgirl

Atmosphère lourde et sombre pour Splashgirl dans « Field and rituals » : le trio (piano-basse-batterie) augmenté d’un alto et d’un synthétiseur modulaire descendrait plutôt d’une pop un brin neurasthénique que du jazz : du pesant, du grave, des nappes (quelquefois délicatement brodées), mais une musique qui tourne autour du jazz sans vraiment s’y dissoudre.


Erik Honoré

Expérimentations rêveuses, mixages et invités prestigieux (la voix de Sidsel Endresen, la guitare étrange de Eivind Aarset, les samples de Jan Bang) chez Erik Honoré dans « Heliographs » : atmosphères entre château hanté, quai de gare désert et venteux, vols de phalène autour de la lampe et autres danses d’échassiers sortis des enfers de Jérôme Bosch.


Lush Laments
Musique savante, minimaliste et crépusculaire pour « Lush laments for lazy mammal » Håkon Stene  : percussionniste spécialisé en musique contemporaine, il utilise ici une large gamme de percussions-claviers  (vibraphone, marimba) mais aussi guitares et claviers dans des compositions de Gavin Bryars ou de Laurence Crane, tout en délicatesse.

https://soundcloud.com/laurence-crane/riis-new-recording-by-h-kon

Pour repérer ces disques dans les rayons de la Bibliothèque du Centre-Ville (« Jazz » pour Splashgirl, « Inclassables » pour les 2 autres), suivez le petit rond coloré orné d’un dessin de hibou, cousin de notre hulotte chartrousine)…

*Hubro = hibou grand-duc en norvégien

retour en haut de la page

Auteur : Martine

Si j'avais le choix de la couleur, j'aimerais assez être bleue, comme la note du même nom; si j'étais une note, j'aimerais être n'importe quelle petite croche de l'adagio du concerto pour clarinette de Mozart (et je promets de rester bien à ma place), ou encore un silence entre 2 notes de Thelonious Monk; si je devais changer de métier, je me vois bien pâtre sur un rocher chez Schubert ou ornithologiste chez Charlie Parker… Mais bon, j'avoue, dans la vraie vie je m'appelle Martine, et je suis amatrice, outre de musiques en tous genres - mais plus particulièrement celles qui passent à des heures impossibles à la radio - de moelleux au chocolat (avec un fond de sauternes), car c'est bien connu, ventre affamé n'a point d'oreille, et dans notre métier, les oreilles, c'est essentiel !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.