FREDERIC LE JUNTER « Machines sonores » – Détours de Babel 2018


Bricoleur sonore, Frédéric Le Junter travaille avec des objets trouvés et des matériaux de récupération qu’il assemble et transforme pour créer des « sculptures sonores ». A la fois objets plastiques, elles agissent et cultivent les interactions entre des qualités visuelles et des possibilités acoustiques :  les instruments inventés sont autant matière à voir que de matière à sentir.  En les activant, les faisant se heurter, se chevaucher, se frotter, Frédéric Le Junter compose des paysages sonores, fruits d’une interaction singulière et sans cesse renouvelée entre l’être humain et la matière.

Héritier de la rupture opérée dans les arts du XXe siècle, Frédéric Le Junter s’inscrit dans la continuité du futuriste italien Luigi Russolo (1913) qui introduit le bruit dans la musique ou plus près de nous des frères Baschet et de leurs structures dédiées aux lieux et notamment les fontaines musicales pour les espaces de plein air. Et loin de la tentation de produire une écriture musicale, Frédéric Le Junter offre par la mixité des sons et la mise en scène de ses objets sonores une expérience tridimensionnelle. Sont ainsi convoqués simultanément le corps en jeu, l’espace scénique et les éléments sonores. En filigrane, s’adressant à l’imagination la plus profonde comme à la sensation pure, c’est toute la question de notre rapport à l’environnement qui se déploie sous nos yeux, et nos oreilles.

« Masses » de Frédéric Le Junter from Césaré on Vimeo.

Du samedi 17 mars au vendredi 6 avril à l’Ancien Musée de Peinture, tarif libre et le dimanche 18 mars pendant le brunch #1 Jazz no jazz dans le quartier Très Cloîtres, tarif libre

Où trouver Frédéric Le Junter dans les bibliothèques ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.