Raggalendo au Loki Festival : du hip-hop pas du tout dégagé derrière les oreilles !

raggalendo

Ce 17 août en Bretagne, on avait l’embarras du choix en terme de festival :  Motocultor (dark metal) à Saint-Nolff, Chausse tes Tongs avec Rover à Trevou-Tréguignec, ou Raggalendo à Locquirec.
Cap donc sur le petit port de Locquirec, son festival de poche et les 4 rapedondaines (et oui, ce sont les filles qui l’ont emporté, on ne se refait pas).

Pour le look : napperons en dentelle sur les retours, costumes et accessoires traditionnels revisités façon rockeuses-rapeuses, genre guimpes et bottes à laçets, cubignou et lunettes noires, coiffes bien arrimées sur la tête (non, pas le rouleau de sopalin bigouden, la petite coiffe à pointes toute simple du Trégor, capable de résister au jeu de scène trépidant des cousines).

Pour la musique : du rock, du hip-hop, la guitare électrique de Mimi Hendrix, le scratch-galette de DJ Ricane, la basse de MC Trouille, et MC Rose à la prose et à la pose, qui épingle avec un humour ravageur les poncifs qui collent à la peau de la Bretagne, qui secoue le cocotier des petits travers du milieu du rap, voire  du milieu musical en général, le maître mot étant « dérision » et même « auto-dérision », le tout avec un accent du Trégor transmis par leur grand-mère au même titre que les coiffes.

Pour l’inspiration : la culture de leur région bien sûr, ses expressions et ses spécialités, mais pas que : la culture urbaine aussi, leur condition de musiciennes (« vous jouez bien pour des filles… »), mais elles vous expliqueront ça bien mieux que moi :

Vous me direz, les clins d’œil et jeux de mots locaux ne sont pas forcément exportables hors contexte : eh bien quand même, elles savent suffisamment mettre en musique et en mots des tranches de vécu qui dépassent les frontières du pays Goelo, et même pas besoin de parler breton pour se sentir touché !

Leur façon d’interpeler le public, un brin provocateur, peut en désarçonner quelques uns, mais la plupart des spectateurs sont vite conquis par la gouaille, l’humour et l’énergie communicative des 4 filles, qui mettent, ma Doué, du « reuz dans l’bourg »!

Déchainées en concert :

elles savent aussi déchaîner les passions :

Categories : A découvrir - tags :

Laisser un message