Ahmad Jamal par Xavier Rauffetbmol à vienne

Orage de minuit n’arrête pas la groupie.

Je n’avais jamais mis les pieds à Jazz à Vienne … et ouais, il faut un début à tout.
Et pourtant à la bibliothèque, les collègues sont des vieilles habituées du festival et chaque année j’écoute attentivement les debriefs passionnés des concerts passés.
Donc cette fois, forte de l’expérience des copines, j’ai fait mon baptême du feu et je peux dores et déjà dresser une liste indispensable de ce qu’il faut dans le sac de survie du festivalier.
Merci Brigitte, Hélène et Martine, vous êtes mes maîtres Jedi de Vienne!

• Coussin pour les fesses: TOUT le monde prend son petit coussin. Je mets au défi n’importe qui de passer 4 heures de concert les fesses à même la pierre du théâtre antique!
• Cape de pluie : et s’il fait beau, tu pourras toujours la rajouter sous tes fesses. En l’occurrence on a ramassé un orage mémorable entre Ahmad Jamal et Chucho Valdès, et 2 capes de pluie n’auraient pas été du luxe …
• Pique-nique : pour éviter les va-et vient dans les gradins avec le sandwich aux rillettes. Préfère le petit Tupperware de tomates cerises et le saucisson d’auvergne qui se découpe très bien à même les marches.
• 20€ pour 3 pintes de blanche (40€ pour 6 …) : AÏE! festival de riches ???
• Patience et Politesse : message non dissimulé au couple qui s’est grossièrement incrusté derrière nous en engueulant nos voisins car ils ne se poussaient pas assez vite …

A part ça le mercredi 10 Juillet c’était la soirée 3ème âge à Vienne.
Partant du vieil adage que dans les vieilles marmites ont fait les meilleurs soupes, on ne pouvait que passer une bonne soirée! Dans les gradins on pouvait aussi compter les crânes chauves par dizaines (centaines), mais c’est un autre débat. 🙂

Big up à Ahmad Jamal qui du haut de ses 83 ans a fait swinguer le théâtre antique. Un groove incroyable, une espièglerie et une joie non feinte de partager ce moment avec ses musiciens. Pour moi qui avait adoré le disque, j’attendais le concert avec impatience et encore une fois j’ai été conquise par le bonhomme.
Un peu moins par son guest, Yusef Lateef (93 ans), dont le charisme a fait taire le théâtre en 2 secondes mais dont la prestation un peu trop cérébrale, m’a laissée sur le bas-côté. A sa décharge, l’arrivée de l’orage en plein morceau n’a pas forcément aidé.
S’en est suivie une douche carabinée qui a laissé plein de place sur les gradins, pour se vautrer confortablement devant Chucho Valdès (72 ans) et la sauvage Concha Buika. Une prestation classieuse, des musiciens au top mais un Chucho Valdès, un peu ailleurs, pas très présent. Dommage, ce manque d’implication a un peu éteint le feu espéré.

A l’année prochaine Jazz à Vienne, même lieu, mêmes copines!

Categories : A découvrir - tags : , ,

Une réponse

  1. Céline dit :

    Pour une première fois, tu as vraiment bien cerné l’ambiance du théâtre antique avec ses avantages et ses inconvénients !!

Laisser un message