Made in Jamaïca, film documentaire de Jérôme Laperrousaz

Je profite du soudain regain d’intérêt du monde pour la Jamaïque, grâce aux performances de ses athlètes aux J.O., pour vous présenter cette semaine ce qui est à mes yeux, LE documentaire sur le reggae.

Made in Jamaica » représente le deuxième film documentaire de Jérôme Laperrousaz dédié à la Jamaïque et à la musique reggae après avoir tourné « Third World » en 1980. Loin des documentaires avec voix off et parti pris prononcé, Laperrousaz construit son film à partir d’un événement survenu pendant le tournage du film : la mort par balle de Bogle (artiste local) lors d’un règlement de compte.

Ainsi commence l’histoire de ce documentaire, mettant en avant les ravages de la libre circulation des armes à feux dans certains quartiers de Kingston, désertés par la police locale. « Mon film est construit sur cette proximité permanente entre la fête et la mort, la sexualité exacerbée et la violence ». Dans ce contexte, interviennent des artistes roots ou ragga comme Bounty Killer et Gregory Isaacs, parlant de leur enfance dans les ghettos de Kingston et de leur volonté de s’en sortir coûte que coûte.

Laperrousaz explore les tenants et aboutissants du reggae en passant d’un thème à l’autre à l’aide de paroles de chansons. Le film évoque tantôt l’esclavage, le sexe, les influences du reggae à l’étranger ou le mouvement rasta. Une musique comme miroir de la revendication de tout un peuple contre l’esclavage, le reggae reflète un profond besoin de reconnaissance d’une culture et la fierté d’un mode de vie fondé sur l’émancipation face à l’oppression britannique et occidentale.

De Toots à Bunny Wailer et de Lady Saw à Capleton, ce documentaire propose une vision sans concession sur ce qu’est aujourd’hui la Jamaïque, comment elle vie au travers de sa musique et comment elle perçoit l’avenir (le retour du reggae roots et la disparition des anciens). Un film incontournable à toute personne sensible aux reggae ou aux grandes revendications sociales.

Made in Jamaica / Jérôme Laperrousaz (MK2, 2008)

Made in Jamaica [B.O.] (Le son du Maquis, 2007)

Auteur : Emeline

Enfant des années 80, elle s'est épanouie dans cet immense chaos musical et en reste cruellement nostalgique. Aujourd'hui encore secrètement amoureuse de Jon Bon Jovi, elle a pourtant élargi sa culture musicale et ne désespère pas d'écouter du Classique quand elle sera grande. Son leitmotiv : désacraliser l'image des bibliothèques et inviter Metallica pour la fête de la musique. En attendant elle boit trop de café et essaiera d'être à l'heure la prochaine fois c'est promis!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.