def-leppard-bottom-2

Non le professeur Stéphane n’est pas qu’un fan de musique celtique ou électronique, il est aussi amateur de hard-rock et de heavy-metal, la preuve en est cette rétrospective du meilleur groupe anglais du genre : Def Leppard.

Originaire de Sheffield, le groupe se forme à la fin des années 70 avec la rencontre du chanteur Joe Elliot, des guitaristes Rick Savage, Peter Willis, Steve Clark et du très jeune batteur Rick Allen.

Fans de Bowie et de Black Sabbath, ils surfent sur la nouvelle vague du glam métal. Leur premier album «Pyromania» sorti en 1983 se classe directement 2ème des ventes aux USA.
Une tournée américaine avec AC/DC et Bon Jovi assoit leur popularité. La machine de guerre Def Leppard est définitivement lancée.

Comme dans tout bon groupe de rock qui se respecte, les membres subissent aussi des épreuves. En effet, le guitariste Peter Willis quitte le groupe en raison de son addiction à l’alcool (il est remplacé par Phil Collen).
Puis en 1984, dans un accident de voiture, le batteur Rick Allen perd son bras gauche. Avec courage et talent il continue de jouer de la batterie avec un seul bras. En effet une batterie lui est spécialement fabriquée, lui permettant de compenser avec son pied gauche, ce que jouait sa main gauche.

En 1987, c’est l’hystérie planétaire avec leur album «Hystéria», savant mélange de titres énergiques de heavy et de ballades rock.
Joe et ses comparses participent au succès mondial du heavy-métal avec Iron Maiden, Metallica, Guns N’Roses, Judas Priest… Pour autant Def Leppard est très souvent associé au genre glam-métal, ce que les membres du groupe réfutent.

En 1991, c’est la douche froide. Le guitariste Steve Clark meurt d’une overdose et est remplacé par le guitariste irlandais Vivian Campbell, ex membre de Whitesnake. Après une nouvelle orientation indie-rock pour «Slang», l’adrénaline hard-rock du groupe remonte en flèche avec l’album «Adrenalize». Puis le carton continue avec «Euphoria» en 1999. Le groupe essuie ensuite un revers avec «X» en 2002, contenant pour certains trop de « power-ballades ».
Le groupe revient en force dans les années 2010 avec un double live «Mirror Ball» contenant leurs principaux tubes et participe à de nombreux concerts de la tournée « Rock of Ages», énorme show regroupant d’autres groupes de hard-rock et de heavy-métal de leur génération.

Enfin, après 35 ans de carrière, le groupe revient avec un dernier album « Let’s go », bien accueilli par les fans tant sa sonorité reste fidèle à celle du son FM des années 80.

Alors si vous voulez retrouver la bande de Joe Elliot afin de prendre une bonne dose de hard-rock old school, cliquez sur le lien ci-dessous et rendez-vous dans vos bibliothèques.

Via Musique : Hard-rock is not dead

Categories : A découvrir - tags :

Laisser un message