CHANTÉ NWÈL PÉYI le samedi 15 décembre à Saint Martin d’Hères

Chanté Noël Pays
Chanté nwèl péyi – sam. 15 décembre – maison de quartier Ferdinand Texier Saint Martin d’Hères

Qui n’a jamais participé à un chanté nwèl ne peut se prévaloir de connaitre réellement la culture antillaise. Au même titre que n’importe quel zouk de Kassav, qu’un kompa des Haïtiens de Tabou Combo, de la biguine ou du dancehall, la tradition du chanté nwèl est partie prenante de la culture musicale de cette partie de la Caraïbe. Le 15 décembre à Saint Martin d’Hères se tiendra « chanté nwèl péyi », une bonne occasion de découvrir cette tradition séculaire…

L’origine des chanté nwèl remonte à la période de l’esclavage. Alors que le Code noir (promulgué en 1685) impose aux esclaves un baptême et une instruction au sein de la religion catholique, apostolique et romaine et que leur présence aux offices religieux est obligatoire, les victimes du commerce triangulaire mettent en place, en toute discrétion, un système culturel propre, parallèle aux cultes chrétiens imposés. Année après année va s’élaborer un véritable syncrétisme qui va prendre différentes formes. Sur fond d’enracinement à cette nouvelle terre des Antilles, va s’opérer un mélange entre culture africaine d’origine et cantiques traditionnels de Noël chantés à l’église. Les cantiques se voient mêlés à des improvisations en créole, les tambours et les ti-bwa accompagnent les chants, parfois sacrés, parfois profanes. C’est ainsi que vont s’incarner au fil des siècles une spiritualité et une identité antillaise.

Chanté Noël, Noël et carnaval aux AntillesPlusieurs siècles plus tard, les chanté nwèl sont entonnés pendant la période allant de la Toussaint à Noël, en famille, ou avec des voisins ou amis. Le phénomène s’est étendu à la sphère publique qui résonne désormais chaque fin d’automne des sonorités de ce véritable rituel social. Aux Antilles mais aussi en métropole, grâce aux associations ultramarines qui aiment à faire perdurer et à faire connaitre ce patrimoine culturel, vecteur de cohésion de la communauté et de vivification des traditions ancestrales. On y joue du gwoka et du bèlé, les musiques et danses traditionnelles respectivement de Guadeloupe et de Martinique. L’orchestre est composé principalement de percussions (ka, tambou bèlè, tanbou dibass, chacha, siyak, tibwa) et d’instruments variés : flûte des Mornes, accordéon, lanbi (conque), batterie, guitare, basse, claviers …

Samedi soir ce sont les associations Kaladja, Karibbean Wave, Casomi, et les groupes Nuance et Avalanche Family qui ont organisé les festivités. Vous trouverez à disposition des « kantiks », recueils de chansons de Noël contenant les paroles des morceaux qui seront joués pendant la soirée et qui permettent de se mêler à la fête sans en connaitre tous les codes (si les refrains sont parfois en créole, les couplets sont généralement en français). L’entrée est gratuite et sur place, nombre de plats et de boissons traditionnels seront proposés. La soirée débutera dès 19h15 aux sons du gwoka et du bèlè des groupes Kaladja et Nuance qui assureront le chanté nwèl, et se poursuivra à partir de 22h par une soirée dansante (biguine, zouk, kompa, dancehall…) animée par DJ Romnith, DJ Kaygee et DJ Beeshop.

Pour être un participant assidu, je vous assure d’un réel moment de communion, toutes générations confondues, autour de la musique, de la gastronomie, de la danse et de la fête. Bagail la chô…

Toutes les infos sur le CHANTÉ NWÈL PEYI du 15 décembre 2018 à la maison de quartier Ferdinand Texier, Saint Martin d’Hères

Où trouver des documents sur chanté nwèl dans nos collections ?

Où trouver des chanté nwèl sur DiMusic via la Numothèque ?

Pour en savoir plus :

Le chanté nwèl sur Wikipédia

Présentation des chanté nwèl 2007 par le ministère de la Culture

Les chanté nwel antillais par Bertrand Dicale sur France TV Info

Les musiques antillaises sur Wikipedia

Les instruments de musique traditionnels créoles

Playlist antillaise de noël sur Soundcloud

Aimé Césaire « Cahier d’un retour au pays natal »

Auteur : Jérôme

Persuadé que toute musique a un sens social caché, il déteste Florent Pagny et Elton John. Musicien, il raconte partout qu'il a joué avec Tiken Jah Fakoly et qu'il a touché Angus Young lors d'un concert à Alpexpo en 1980. Il essaye lamentablement d'imposer l'écoute de France Culture en voiture à ses enfants, mais connaît le rap et le r'n'b de Skyrock par cœur. Obnubilé par la désertion des jeunes en bibliothèque, il serait prêt à remplacer le logo des bibliothèques de Grenoble par une photo plain-pied de Beyonce.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.