« CAMPANA » DE LORENC BARBER – FESTIVAL DETOURS DE BABEL

C’est dans le cadre de la 3ème édition du festival Détours de Babel que nous avons choisi de nous pencher sur un projet singulier qui ne méritait rien de moins qu’un reportage vidéo…

Lorenç Barber est un activiste musical infatigable. Spécialiste de l’art campanaire (les cloches), il fait sonner les villes sur tous les continents en proposant des concerts urbains à l’échelle d’une ville entière…

Samedi soir, je vous conseille de ne pas rater ça! Une partition de Lorenç Barber sera jouée par les élèves du Conservatoire et du SIM Jean Wiéner, qui actionneront les cloches des églises (mais pas que) de Grenoble, et en soliste par le carillon Nord Pas-de-Calais qui fera sonner ses 80 cloches positionnées sur un camion au pied du départ des bulles de la Bastille!
Pour écouter le concert, vous pourrez déambuler dans les rues de Grenoble ou, pour ne rien rater, vous positionner dans la montée Chalemont ou sur le site du rabot.

Pour comprendre un peu mieux ce qui va se passer, Bmol vous propose un reportage vidéo qui revient sur la venue de Lorenç à Grenoble en novembre dernier pour préparer ce concert.


Campana Lorenç Barber DDB 2013 par bibliothequegrenoble

Pour retrouver la discographie des artistes programmés dans Détours de Babel c’est ici!

Author: Jérôme

Persuadé que toute musique a un sens social caché, il déteste Florent Pagny et Elton John. Musicien, il raconte partout qu'il a joué avec Tiken Jah Fakoly et qu'il a touché Angus Young lors d'un concert à Alpexpo en 1980. Il essaye lamentablement d'imposer l'écoute de France Culture en voiture à ses enfants, mais connaît le rap et le r'n'b de Skyrock par cœur. Obnubilé par la désertion des jeunes en bibliothèque, il serait prêt à remplacer le logo des bibliothèques de Grenoble par une photo plain-pied de Beyonce.

4 Replies to “« CAMPANA » DE LORENC BARBER – FESTIVAL DETOURS DE BABEL”

    1. Merci Détours de Babel! Au plaisir de retravailler avec vous sur des projets aussi éclectiques et intéressants!

  1. Nous avons suivi les conseils de Bmol et sommes allés écouter les clochers de Grenoble samedi soir, du haut de la route du Rabot : même si un petit vent frisquet éparpillait un peu le son, c’était vraiment un moment magique, une ville qui chante et carillonne !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.