CAKEWALK « Ishihara »

Ça commence plutôt rock, batterie en avant et basse ronflante, ça continue un peu comme un « Jerk électronique » de Pierre Henry, survolé par un synthé facétieux (ah !  ce son de flipper de café des années 70 dans « Schrooms »), ça passe par une intro à la Pink Floyd, ça décolle en nappes bruitistes, bref, ça ne donne ni dans la mélancolie ni dans le champêtre, mais comme pour chacune des parutions du label Hubro, l’univers sonore est original !

où trouver ce document ?

Author: Martine

Si j'avais le choix de la couleur, j'aimerais assez être bleue, comme la note du même nom; si j'étais une note, j'aimerais être n'importe quelle petite croche de l'adagio du concerto pour clarinette de Mozart (et je promets de rester bien à ma place), ou encore un silence entre 2 notes de Thelonious Monk; si je devais changer de métier, je me vois bien pâtre sur un rocher chez Schubert ou ornithologiste chez Charlie Parker… Mais bon, j'avoue, dans la vraie vie je m'appelle Martine, et je suis amatrice, outre de musiques en tous genres - mais plus particulièrement celles qui passent à des heures impossibles à la radio - de moelleux au chocolat (avec un fond de sauternes), car c'est bien connu, ventre affamé n'a point d'oreille, et dans notre métier, les oreilles, c'est essentiel !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.