CABARET FRAPPE, CHAMPION (DES MUSIQUES) DU MONDE

Avec ses 20 ans d’existence, des évolutions de format, mais une identité assez proche de l’esprit initial, le festival Cabaret Frappé reste un des temps forts de l’été grenoblois. Du 16 au 21 juillet rock, électro et musiques du monde s’inviteront au jardin de ville

1998, c’est une belle histoire…

C’est à l’été 1998 qu’est né le festival. La France venait d’être sacrée championne du monde de football pour le 1ère fois de son histoire. Zidane était un héros national, Thuram n’était encore qu’un défenseur ayant marqué 2 buts en demi-finale, Dechamps avait brandi la coupe qui nous avait tant fait rêver enfants, et Jacquet, l’enfant de la Loire, avait fait taire les critiques accumulées contre cette équipe dont il avait en mains les destinées.

Le foot français venait d’écrire un des grandes pages de sa mythologie, de passer le fameux cap que même les Platini, Giresse, Tigana et Fernandez n’avaient su franchir en 1982 et 1986. On s’autorisait à rêver d’un jour nouveau pour le pays, d’un mouvement irréversible qui donnerait raison au modèle républicain du vivre-ensemble qui avait bercé les enfants des Trente Glorieuses. On s’accrochait à tous les signaux positifs possibles dans l’atmosphère de liesse populaire qui s’était emparée du pays. Le récit national donnait à cette fin de siècle la promesse d’une belle histoire en route.

C’est dans cette ambiance que naissait Cabaret Frappé. Le Jardin de ville frissonnait des 1ères notes d’un festival, alors porté alors par l’agence DelaLune, et qui allait devenir, à l’occasion de sa municipalisation, le festival musical estival de la ville de Grenoble.

2018, un festival populaire et exigeant

Entièrement gratuite depuis maintenant 2 ans, toujours enrichie de pas mal d’activités annexes (lectures par la bibliothèque de Grenoble, jeux du monde, atelier sérigraphie), l’édition 2018 s’annonce prometteuse. Cabaret Frappé affiche un subtil mélange de groupes découvertes et de têtes d’affiche plus bankables, et se revendique comme un rendez-vous populaire et artistiquement exigeant. Le cadeau des 20 ans sera le concert attendu d’un groupe grenoblois qui fit les belles soirées de la ville dans les années 90 : Gnawa Diffusion. Un beau clin d’œil en forme de double anniversaire puisque le groupe fêtera quant à lui ses 25 ans d’existence.

On attend aussi avec impatience les concerts de Seun Kuti, Melissa Laveaux, Sandra Nkaké, H-Burns, Kokoko! et Altin Gün. Et l’on aura une oreille attentive pour la scène locale (en grande forme en 2018 !) qui débutera chaque soirée sur la petite scène : Poupard, Pelouse, Deyosan, Arash Sarkeshik, La Marine, Y. Blues & Barefoot Iano, Moms I’d Like To Surf, Cease’n’Seckle, et Roots Bakers.

En espérant une belle fête populaire comme en 1998, on a sélectionné ci-dessous les concerts que l’on vous conseille vivement : laissez-vous guider !

Lundi 16 juillet 21h – ALTIN GUN

Mardi 17 juillet 22h – GNAWA DIFFUSION

Mercredi 18 juillet 22h30 – KOKOKO!

Vendredi 20 juillet 22h15 – SANDRA NKAKE

Samedi 21 juillet 22h15 – SEUN KUTI & EGYPT 80

La discographie du festival que vous pouvez écouter et emprunter dans les bibliothèques de Grenoble

La programmation complète du festival

Auteur : Jérôme

Persuadé que toute musique a un sens social caché, il déteste Florent Pagny et Elton John. Musicien, il raconte partout qu'il a joué avec Tiken Jah Fakoly et qu'il a touché Angus Young lors d'un concert à Alpexpo en 1980. Il essaye lamentablement d'imposer l'écoute de France Culture en voiture à ses enfants, mais connaît le rap et le r'n'b de Skyrock par cœur. Obnubilé par la désertion des jeunes en bibliothèque, il serait prêt à remplacer le logo des bibliothèques de Grenoble par une photo plain-pied de Beyonce.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.