Medici TV Medici TV

Enfin un jour de pluie avec un ordinateur ! – avec l’été, j’avais oublié ce genre de plaisir, me voilà connectée sur medici.tv, prête au goinfrage.

Je vais enfin pouvoir faire un tour, virtuel certes mais néanmoins sonore, dans tous ces festivals où je rêve d’aller : La Roque d’Anthéron, Verbier (Suisse, Annecy, Aix…

Premier visionnage décoiffant :
CasadesusAnnecy Classic Festival Jean-Claude Casadesus dirige Beethoven – avec Khatia Buniatishvili, Renaud Capuçon et Edgar Moreau.
Casadesus et Capuçon me sont familiers. Mais les 2 autres, qui raflent des prix partout depuis quelques années, me scotchent tant leur talent est proportionnel à leur grande jeunesse, 26 ans pour l’une et 19 pour l’autre. Trois talents réunis pour cette œuvre unique en son genre : le triple concerto de Beethoven pour violon, violoncelle et piano. Une pure merveille.
Khatia Buniatishvili vit depuis 2011 à Paris. Elle parle couramment cinq langues (le géorgien, le russe, l’allemand, le français et l’anglais). Elle pourrait m’aider à la banque de prêt, dans ma bibliothèque internationale…

Nous la retrouvons là :
Lisa Batiashvili et Khatia Buniatishvili jouent Schubert et Franck.

Ses mimiques me font penser à mon voisin, accordéoniste de campagne – il partait animer des bals à pied dans la neige, et revenait de la même façon dans la nuit ! – qui disait, devant sa télé : « c’est beau comme ils jouent, mais ils ont pas besoin de faire des grimaces pareilles ! », et mes filles lui répondaient : « c’est parce qu’ils sont à fond dedans ». Mimi était perplexe, il ne devait pas dégouliner de sueur souvent dans les bals de montagne, comme le jeune Edgar dans son costard, possédé par Beethoven. Et puis, il y avait autre chose qui l’énervait aussi, c’était « tout ce cinéma, ils partent ils reviennent, ils repartent, ils reviennent, pourquoi ils ne rejouent pas direct ! » Là, on avait moins d’explications…

Beaucoup de morceaux « tubes » dans ce festival, ce qui n’enlève rien à la qualité des prestations ni à la jubilation communicative des interprètes :

Leonidas Kavakos dirige et joue Bach et Mozart – avec Janine Jansen au Verbier Festival  Chamber

Ce violoniste et chef d’orchestre grec est un habitué de Verbier – son look improbable met du piment dans ce milieu …Il joue et dirige ici des œuvres célèbres et rabâchées : le Concerto pour deux violons de Bach, la Quarantième de Mozart, le Concerto pour violon BWV 1042 de Bach. Puis termine sur l’ultime symphonie (40e) composée par Mozart, à l’âge de trente-deux ans seulement, la Symphonie Jupiter.
Tout cela avec un tel talent qu’on n’a même pas envie de dire « ah non, pas ça, pitié ! », parce qu’on l’entend pour la 326e fois.
Quant à Janine Jansen, jeune et belle violoniste néerlandaise, elle ne se contente pas de jouer merveilleusement bien, mais elle organise aussi des festivals, tel que le Festival international annuel de musique de chambre d’Utrecht.

Le Quatuor Ébène joue Mozart, Bartök et Schubert – avec Frans Helmerson :
Trois œuvres majeures pour ce quatuor de choix, rejoint par le violoncelliste suédois pour une magistrale interprétation du quintette à cordes en do majeur de Schubert. Frissons garantis…

Les amateurs d’opéra auront compris que je pioche plutôt dans l’instrumental… Qu’à cela ne tienne, je leur ai trouvé deux pépites, qu’ils préparent leurs fauteuils et leurs mouchoirs :

Avec chœurs et solistes maintenant, voici :

Gianandrea

Gianandrea Noseda dirige Verdi : Coro Del Teatro Regio Di Torino, Verbier Festival Orchestra

Ainsi qu’au Festival d’Aix-en-Provence

Elena, Cavalli – Opéra 
Leonardo Garcia  Alarcon, Jean-Yves Ruf – Emöke Barath (Elena, Venere), Valer Barna-Sabadus (Menelao), Fernando Guimaraes (Teseo)
L’Elena de Cavalli dans sa première production scénique depuis le XVIIème siècle : un chef-d’œuvre ainsi ressuscité !

Et maintenant, direction la France, avec un petit arrêt à Annecy :

La nuit du Piano au Festival d’Annecy – Avec Sunwook Kim, Sanja Bizjak, David Kadouch et Yulianna : Lauréats de concours internationaux, ces quatre pianistes sont sans aucun doute les étoiles de demain ! Cette Nuit du piano est une tradition amorcée par Eliane Richepin en 1980 pour promouvoir les jeunes talents du clavier. Comme un prélude à cette soirée 100% piano, medici.tv diffuse également le récital de la toute jeune Varvara Kutuzova, dix ans à peine et déjà titulaire de nombreux prix internationaux. Magique ou monstrueux ? A vous de voir….

Salzbourg : autre rêve de musicien !
DudamelGustavo Dudamel dirige Mahler : Symphonie N°8 
Simon Bolivar Symphony Orchestra. Au Festival de Salzbourg, le fougueux Gustavo Dudamel dirige la Symphonie des Mille de Mahler.
Le Simón Bolívar Symphony Orchestra of Venezuela (anciennement le Simón Bolívar Youth Orchestra of Venezuela) est un orchestre né du programme d’insertion sociale par la musique imaginé par José Antonio Abreu : le programme El Sistema, dont le plus illustre représentant est le chef Gustavo Dudamel – aujourd’hui superstar de la direction d’orchestre, et directeur musical du Los Angeles Philharmonic comme du Simón Bolívar Symphony Orchestra. Ce concert ouvre la résidence de l’orchestre au Festival de Salzbourg 2013.
Les deux-cents jeunes musiciens de l’orchestre d’El Sistema sont rejoints par un autre choeur, le Simón Bolívar National Youth Choir of Venezuela, ainsi que par le Wiener Singverein, le SalzburgerFestspieleund Theater Kinderchor, les choristes du projet Superar, huit solistes…soit en tout 200 personnes sur scène ! Impressionnant et jubilatoire.

Enfin, une fois encore je n’oublie pas les amateurs de chant lyrique : ), ce dernier lien vous permettra d’ être vraiment au cœur de cet univers :

Operalia, le concours de Plácido Domingo, a lieu cette année à Vérone
Le but d’Operalia est clair : repérer les talents, et les orienter dans leur carrière professionnelle.
Medici.tv vous invite à assister en direct à la finale du concours pour découvrir les grandes voix de demain…
L’automne, l’hiver et la pluie n’ont qu’ à bien se tenir, vous aurez des munitions pour vaincre la morosité. Non ?

Categories : A découvrir - tags : ,

Une réponse

  1. TREMBLEAU dit :

    Et comme vous êtes chanceux, les grenoblois, le jeune Edgar Moreau qui vous a émerveillé dans les festivals ou sur medici vous allez pouvoir l’applaudir en chair, en os et en violoncelle à l’auditorium du musée de Grenoble dans la saison de Musée en Musique le Dimanche 12 janvier à 17h30 dans un programme Schumann Fauré Schnittke !!! Courez-y

Laisser un message