BAD JINGLE BELLS

 

Chers lecteurs,

Je fais le constat navrant, comme chaque année, l’hiver approchant : l’industrie du disque surtout américaine nous inonde d’une avalanche d’albums de Noel, pour le meilleur et surtout pour le pire.

Ainsi de nombreux artistes, pour faire gonfler leurs ventes, nous infligent leurs reprises de Merry Christmas, Holy Night et Jingle Bells jusqu’à l’overdose :

Afin de mettre de l’ambiance durant tout le mois de Décembre vous aurez du mal à esquiver le fatidique album du violoniste André Rieu « December lights ». Tandis que Mariah Carey vous endommagera les tympans en ressortant son fameux « all I want for Christmas is you ».



Pour ceux qui ne risquent pas l’indigestion musicale vous pourrez célébrer Noël avec les voix lyriques de Susan Boyle, Josh Groban. Vous pourrez aussi prendre le risque de supporter la pochette de l’album réédité de Dolly Parton et de Kenny Rogers déguisé en père fouettard.
Même des artistes comme Rod Stewart et Barbra Streisand ont sorti des albums festifs de circonstance, je suis consterné mais c’est une tradition commerciale obligée, il ne faut pas leur en vouloir, les pauvres.



Ne vous inquiétez pas, les artistes francophones ne sont pas en reste, Céline Dion nous a déjà fait le coup de l’album boules de neige. Enfin, comme d’habitude on ne pourra pas s’empêcher de se prendre dans les guirlandes du sapin en écoutant « Petit papa Noël » de Tino Rossi.

Pour vous remettre de ces chansons qui sentent trop le sapin, vous pourrez vous consoler bien au chaud près de la cheminée avec « the Christmas song » de Nat King Cole.

Pour ma part étant nostalgique, au matin de Noël, dans mon chalet à la montagne, j’ouvrirai mes cadeaux au son de Wham (George Michael) « the last Christmas ».



Alors au lieu de succomber aux appels commerciaux de ces cloches musicales, je vous invite pour ces fêtes de fin d’année à venir emprunter dans les bibliothèques, les albums originaux de ces artistes qui ne sentiront pas le sapin.

Auteur : Stéphane

Encyclopédiste des années 80 et collectionneur de 45 tours, il ne s'est toujours pas remis de la séparation du groupe ABBA. A toujours rêvé d'être un rockeur à la Rod Stewart mais aurait aimé aussi savoir jouer de la harpe celtique. Véritable archéologue du fonds commun Musique, il souhaite faire revivre des artistes inavouables à travers des articles et des vidéos sur Bmol, en assumant sans complexe son côté rétro et nostalgique de la génération Casimir! A osé un jour passer "Dancing Queen" à l'espace Musique et Cinéma de la bibliothèque Kateb Yacine !

2 Replies to “BAD JINGLE BELLS”

    1. Ah oui alors là Cascada c’est vraiment inavouable!!! Et puis franchement les mèches brunes sous les mèches blondes … 🙁

Répondre à Emeline Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.