Dans ce monde qui devient fou et pour panser nos plaies je vous propose un disque-réconfort :

Dans la famille Mar-Khalifé je voudrais le père, Marcel : marcel-khalife-

Par trois fois (1996, 1999 et 2003), Marcel Khalifé fut poursuivi pour sa chanson Je suis Joseph, Oh Père, écrite par le poète palestinien Mahmoud Darwish. Khalifé fut accusé d’insulter les valeurs religieuses en incluant deux lignes de versets d’un chapitre du Coran. Le chanteur et compositeur risquait de trois à six ans de prison pour insulte publique à la religion et blasphème (un mois à un an d’emprisonnement), selon le code pénal libanais.

Il fut poursuivi en justice et finalement déclaré innocent. Une grande mobilisation internationale infléchit probablement le verdict du juge.

Dans les années 1970 il enseigne l’oud au conservatoire de Beyrouth, et initie ses 2 garçons Bachar et Rami à la musique, piano et percussions, ainsi que composition.

famille khalifé

Pour qui a eu la chance de les entendre en trio familial à La Source pendant le festival « Détours de Babel » 2015 le talent de ces trois-là vous emporte, et la communauté acquise à sa cause assura dans la salle une ambiance torride et enthousiaste : un concert inoubliable !

Le 3ème album de Bachar Mar-Khalifé, « Ya Balad », confirme l’importance de la voix dans ses compositions et consacre le chant en arabe. Composé seul, ce troisième album prolonge l’ambiance du précédent « Who’s gonna get the ball from behind the wall of the garden today ».

ya balad

Il débute par un « Kyrie Eleison », prière implorant la paix, absolument superbe et qui nous met dans un état proche de l’apesanteur…

« Oh seigneur, cela fait cent années

De jeûne et de prière

Epargne-moi

Mon chant est pour toi

J’ai cru, j’ai lutté

Mon silence est pour toi

Epargne-moi

Et accorde-moi une dernière requête

Epargne-nous

Et laisse-nous tranquilles »

Installé en France depuis son plus jeune âge pour fuir la guerre dans son pays natal, Bachar Mar-Khalifé n’en oublie pas pour autant la terre et la culture de ses ancêtres : le Liban. Cet album « Ya Balad«  (« Ô pays »), raconte cette terre, ses racines, son héritage familial.

Bachar Mar-Khalifé a joué dans l’Orchestre National de France et l’Ensemble Intercontemporain de Pierre Boulez.

Sa musique, souvent lancinante et hypnotique est un délicat équilibre entre poésie intime et rythmique viscérale… Ses compositions sont aussi chaleureuses que cérébrales. Bachar Mar-Khalifé est en permanence au carrefour de la musique classique, de l’électro et des musiques traditionnelles orientales. Il les mêle avec un étonnant bonheur.

Un album tout en douceur qui fait du bien, et je m’arrêterai là en vous laissant le découvrir, après cette jolie déclaration de Bachar Mar-Khalifé en mars dernier avant sa prestation au festival Babel Med à Marseille :

« Je préfère dire que mon disque ne parle de rien, plutôt que l’on me mette dans une case qui n’est pas la mienne. »

où trouver les albums de la famille Mar-Khalifé ?
Bachar ici
Marcel là

Laisser un message