ASTERIX A ABBEY ROAD

Nous sommes en 1966 après Jésus-Christ. Toute les ondes radiophoniques sont occupées par la BBC et ses programmes classiques. Toutes ? Non ! Un bateau peuplé d’irréductibles DJ résiste encore et toujours et programme du Rock and roll jour et nuit. Et la vie n’est pas facile pour le premier ministre anglais et ses subordonnés convaincus que cette musique véhicule les pires perversions : sexe, drogue et rock and roll.

Sorti en 2009, le film Good Morning England, exhume l’âge d’or des radios pirates anglaises – dont la fameuse Radio Rock, écoutée par 25 millions d’auditeurs soit plus de la moitié de la population de la Grande-Bretagne. Entre autres qualités, le film propose une bande originale foisonnante, véritable visite guidée de l’histoire du rock. L’occasion pour ma génération – ne comptez pas sur moi pour préciser laquelle – d’écouter les standards du rock dans leur version d’origine et de s’interroger : on s’habillait vraiment comme ça à l’époque ? Les témoignages de tout ceux qui, adolescents, ont dansé tendrement sur Procol Harum et The moody blues sont les bienvenus.

Comme toute compilation, cette BO se prête également parfaitement au petit jeu du top 5 popularisé par l’excellent Haute fidélité de Nick Hornby, autre grand fan de rock paléolithique. Mais c’est une autre histoire… En attendant vos contributions, voici donc mon Top 5 des titres de Good Morning England :

1. This Guy’s In Love (Herb Alpert & The Tijuana Brass)

2. The Letter (The Boxtops)

3. Wouldn’t it be nice (Beach boys)

4. Friday on my minds (easybeats)

5. Father and son (Cat Stevens)

Où trouver ce document ?


Author: Nicolas

Né dans une famille de musiciens, il est la preuve vivante que l'oreille musicale peut sauter une génération. Totalement imperméable au solfège et à l'harmonie il use la patience de son professeur de flute et de ses parents et se voit contraint au déshonneur et à l'exil dans un pays tropical ou il découvre que la musique s'écoute et se danse. Fort de cette expérience, il s'intéresse désormais à la musique du monde, a récemment découvert qu'Alagna n'était pas une célèbre marque de pâtes italienne, et compte fermement sur sa nouvelle vocation pour recouvrir sa part d'héritage.

2 Replies to “ASTERIX A ABBEY ROAD”

  1. Dans le désordre :

    – Dancing in the street (Martha Reeves & The Miracles)
    – Wouldn’t it be nice (Beach Boys)
    – Hi ho silver lining (Jeff Beck)
    – The wind cries Mary (Jimi Hendrix)
    – The happening (The Supremes)

  2. Le DVD du film est disponible dans les bibliothèques Eaux-Claires, Centre Ville, Kateb Yacine et Teisseire-Malherbe. Qu’on se le dise!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.