TCHAVOLO SCHMITT, « Miri familia »

Dans la galaxie du jazz manouche, dont le big bang fondateur fut un certain Django Reinhardt, certaines étoiles brillent d’un éclat particulier. Ainsi en est-il de TCHAVOLO SCHMITT, guitariste légendaire du style, aussi encensé aujourd’hui qu’il fut délaissé pendant des années, à l’écart des modes et de l’intérêt pour cette musique.

Connu des seuls aficionados du genre pendant près de 30 ans, il réapparaît en pleine lumière suite au film de Tony Gatlif, Swing (1999) où il tient le rôle principal au coté de son comparse Mandino Reinhardt. Dans la foulée, Romane le prend en main et l’oblige à enregistrer un disque – lui qui a toujours refusé de la faire sous son propre nom – histoire de graver sa science une fois pour toute : ce sera Alors ?… Voilà ! (2000). Moins d’un an plus tard, Tchavolo remet le couvert et sort ce très beau Miri familia produit par ATEMA Alsace pour le label Djaz Records.

Entouré par l’aristocratie du swing, le guitariste s’en donne à cœur joie en reprenant quelques classiques et en se lançant dans des compositions originales : placement rythmique au cordeau, attaque phénoménale, touché unique, roulés en tout genre, musicalité, tout Tchavolo est là ! Mention spéciale pour le titre « Djieské » où seul avec sa guitare il livre toute l’étendue de son talent.

Où trouver ce document ?

Author: Julien

Né quelques jours après la mort de Jimi Hendrix (on fait se qu'on peut). S'est flatté pendant longtemps de détester le jazz mais attribue désormais cela à une erreur de jeunesse. Déteste vraiment la nouvelle-nouvelle-nouvelle chanson française. Se gausse pourtant d'avoir vu Bashung un soir de 1995 et d'y avoir pris du plaisir. A tenté (vainement) d'être musicien et traine depuis son mal-être dans des débats musicaux stériles. Persiste a porter des pulls à capuche et des Converse (le plus souvent déchirées) à bientôt 40 ans…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.