Comme aime à le rappeler Régis Debray, « il y a 3000 langues dans le monde et seulement 2 écartements de rail de chemin de fer ». Cette maxime pourrait bien s’appliquer au langage musical tant y fourmillent des modes d’expression hétéroclites. La meilleure preuve en est l’ovni que sort aujourd’hui Of Montreal avec « Hissing fauna, are you the destroyer? »

La formation états-uniennes d’Athens sort un 10e album qui mêle pop psychédélique, tubes 80′, funk façon Casio (vous savez les synthés aux sons… heu…singuliers…), disco-pop-glam jouée avec des machines et new-wave rigolote (si, si c’est possible!)
La formule pourrait paraître indigeste ou du moins étrange mais détrompez-vous. Les textes sont mis en lumière par des mélodies tantôt rigolotes (et des chœurs hallucinés débilement naïfs) tantôt évoquant les pires daubes « new waves » des 80’s.
Cet album est complètement barré mais les idées y fourmillent. Certains y verront une niaiserie électro-pop, d’autres un disque euphorisant et énergisant. Personnellement, j’ai choisi mon camp!
Pour mieux comprendre cet album, il faut savoir que Kevin Barnes, chanteur, auteur, compositeur et initiateur du projet a vu sa vie transformée le temps de la gestation de Hissing Fauna. Sa femme le quitte, et cela donne une première partie d’album aux textes cyniques et désenchantés. La deuxième étant marquée par le retour de sa femme et de sa fille et des compositions plus classiques, moins novatrices.


Ce qui conforte l’idée qu’un créateur est souvent un tourmenté… j’ai bien fait de choisir bibliothécaire moi!

Hissing fauna, are you the destroyer? / Of Montreal (Polyvinyl Records, 2007)

Categories : Album de la semaine - tags :

Laisser un message