JASON MRAZ, « We sing, we dance, we steal things »

jason-mraz.jpg

Summer steal…

Le soleil chauffe mon bras accoudé à la portière, les filles sont en débardeur, le temps idéal pour jouer au festivalier sur la croisette et monter le son de l’autoradio. Bien sur, en Kangoo, bloqué dans un bouchon sur la rocade sud, c’est tout de suite moins convaincant. Mais qu’importe le flacon, pourvu qu’on ait l’ivresse.
Et je vous garantis que We sing, we dance, we steal things de Jason Mraz va vous faire tourner la tête. Rien que le titre a un petit quelque chose d’étourdissant. Côté musique, à la première écoute, on dirait du Jamiroquaï (mais si, rappelez vous, le type sur ressorts avec le chapeau de Davy Crockett). A la seconde, plus du tout. Vous voilà bien avancés. C’est souple, entraînant, pop, souvent funky, romantique aussi. Au final un vrai bonheur. D’ailleurs le CD est déjà terminé. Et si je m’offrais un second tour de rocade pour le réécouter ?

Où trouver ce document ?

Author: Nicolas

Né dans une famille de musiciens, il est la preuve vivante que l'oreille musicale peut sauter une génération. Totalement imperméable au solfège et à l'harmonie il use la patience de son professeur de flute et de ses parents et se voit contraint au déshonneur et à l'exil dans un pays tropical ou il découvre que la musique s'écoute et se danse. Fort de cette expérience, il s'intéresse désormais à la musique du monde, a récemment découvert qu'Alagna n'était pas une célèbre marque de pâtes italienne, et compte fermement sur sa nouvelle vocation pour recouvrir sa part d'héritage.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.