IKO, « Private domain »

Les puristes vont sans doute hurler au sacrilège…

…les autres pourront se laisser tenter par cet « ovni » musical qui a engendré une création inédite au Festival de Bourges ; un concert/spectacle dans la cathédrale de la ville avec musiciens/chœurs classiques et artistes d’électro (Emilie Simon, Murcof, Para One, Marc Collin).

L’idée de base est simple : revisiter des grandes œuvres du passé à l’ère du numérique en synthétisant l’art vocal d’hier et d’aujourd’hui pour les faire (re)découvrir à toute une génération plus accoutumée aux beats, breaks et autres boucles de musique actuelle qu’aux pulsations, pleins et déliés de Purcell, Bach ou Monteverdi (entre-autres).
La formule n’est pas spécialement nouvelle, Klaus Nomi, pour n’ en citer qu’un, l’avait déjà exploitée avec succès et talent. Le résultat est ici très différent mais tout aussi réussi grâce aux mélanges des collaborations et richesses des univers réunis.

Je vous invite donc très fortement à écouter, religieusement ou pas, cet album !

Où trouver ce document ?

Author: Agnes

Pendant des années a du faire du piano et du solfège car ses parents en avaient acheté un .Elle fait un rejet manifeste de la musique classique et se venge en n'écoutant plus tard presque que du hard rock (époque Van Halen, Motörhead, Iron Maiden qu'elle ira même voir à Lyon tout comme Judas Priest et AC/DC du temps de l'Alpexpo à Grenoble et.. ça alors Jérôme nous étions au même concert!!). Avec l'âge, elle est passée au rock /pop anglo-saxons voire à l'électro et depuis qu'elle s'occupe du rayon , elle écoute aussi avec plaisir du jazz et blues. Elle est également d'accord avec Jèrôme pour inviter Metallica dans une bib. de Grenoble, quant au changement de logo qu'il propose, elle préfèrerait Nina Hagen .

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.