TRIBEQA, « s/t »

Comme le dessin de pochette le suggère, la musique de ces 4 musiciens nantais plonge ses racines dans de multiples directions (soul jazz afro hip hop), et tend ses rameaux de même (et réciproquement bien entendu). La présence d’un instrument plutôt rare sous nos cieux, le balafon chromatique, donne à l’album une couleur bien « afro », tout en permettant au vibraphoniste Josselin Quentin des improvisations très jazz.

Je ne résiste pas au plaisir de citer le flûtiste Magic Malik, qui a participé à l’enregistrement de leur premier album :

« … TRIBEQA fait partie de ceux qui, à l’image de la réplique de Picasso : « je ne cherche pas, je trouve », ont cette grâce qui ne se commande pas. La grâce de trouver. Ils nous font le cadeau d’une musique qui garde cette fraîcheur, cette spontanéité qui caractérise les approches basées sur l’honnêteté, émotionnelle et intellectuelle… J’engage tous les publics à les écouter et recevoir de ces vitamines dont ils ont le secret. »

Qu’ajouter de plus pour vous donner envie d’écouter ce disque, sinon qu’effectivement, quelque soient vos préférences musicales – jazz, hip-hop, soul, afro, vitamines et j’en passe – le plaisir devrait être au rendez-vous, et pour donner un petit coup de fouet, c’est tout de même mieux qu’une barre d’ Ovomaltine.

Où trouver ce document ?

Author: Martine

Si j'avais le choix de la couleur, j'aimerais assez être bleue, comme la note du même nom; si j'étais une note, j'aimerais être n'importe quelle petite croche de l'adagio du concerto pour clarinette de Mozart (et je promets de rester bien à ma place), ou encore un silence entre 2 notes de Thelonious Monk; si je devais changer de métier, je me vois bien pâtre sur un rocher chez Schubert ou ornithologiste chez Charlie Parker… Mais bon, j'avoue, dans la vraie vie je m'appelle Martine, et je suis amatrice, outre de musiques en tous genres - mais plus particulièrement celles qui passent à des heures impossibles à la radio - de moelleux au chocolat (avec un fond de sauternes), car c'est bien connu, ventre affamé n'a point d'oreille, et dans notre métier, les oreilles, c'est essentiel !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.