bob-marley.jpgmusica-de-futebol.jpg

L’amour du beau jeu ou de la note bleue, le geste juste, les idoles et les maudits, les espoirs, les hourras ou les sifflets, la drogue et le sexe, l’alcool qui coule à flots et les groupies qui en redemandent… le parallèle est facile entre une ambiance de concert et celle d’un match.

On rêve tel un gosse, on est soudain Zidane ou Jimi Hendrix, Maradona ou Jim Morrison. L’intensité de l’émotion le dispute à la fièvre qui s’empare des spectateurs. On vient pour des frissons, de la chair, de la sueur et du sang, du spectacle à l’état pur qui feront que jamais les concerts ni les stades ne seront vides.
On a vu des groupes prendre des noms de club (Grand Popo Football Club, LPB Club, FFF). Mais le parallèle peut aussi s’effectuer sur les postes occupés. Le batteur c’est le gardien de but, celui qui tient la baraque du fond de la scène. Le bassiste est un défenseur, le garant des fondations de l’équipe. Le guitariste en numéro 10, c’est la rythmique, le meneur de jeu qui met du liant et du rythme. Et le chanteur est l’attaquant, le frontman que l’on regarde et dont on attend l’exploit, le héros sur qui les yeux sont fixés.

west-ham-manchester-united-edwin-van-der-saar.jpgS’il devait y avoir une ville symbole de la richesse musicale ce serait Manchester. Buzzcocks, Joy Division, New Order, The Smiths, Morrissey, Happy Mondays, Oasis, The Stone RosesKasabian ou The Rapture pour les plus récents… Non, vous ne rêvez pas ils viennent tous de cette terre située à moins de 300 km au nord de Londres, mère de l’industrie textile et de la production industrielle anglaises. Le cas de Manchester est symptomatique. Pas un musicien issu de cette scène qui n’ait sa préférence entre United et City, les 2 principaux clubs de la cité ouvrière. On se souvient de Morrisey gravant le nom de Cantona sur son tambourin. Ou des joueurs des 2 clubs se retrouvant régulièrement à l’Hacienda, lieu mythique de la scène rock puis électro depuis les années 80.
Que dire de ces supporteurs de United, écœurés par le foot business et qui crée le club de FC United évoluant maintenant en division 7. Ses supporters reprennent allégrement les tubes pop et rock jusqu’à revisiter de belle manière le Anarchy in the UK des Sex Pistols en dénonçant les investisseurs du football.

On est ici dans le haut du panier de la culture footballo-musicale et de la conscience sociale… On sait d’où l’on vient, ce que le football représente comme marqueur d’identité pour sa communauté. Et l’on sait ce qu’on ne veut surtout pas que son club et le football ne deviennent, des marchandises. Cette dénonciation qui a le mérite d’être claire (les textes sont indiqués en anglais sur la vidéo) fait bien entendu écho aux positionnements récurrents de certains artistes contre le capitalisme sauvage et la mondialisation.
Rock et football sont tous deux nés dans des milieux populaires. Ils ont vu leur influence grandir au sein de la société anglaise jusqu’à complètement l’imprégner et toucher toutes les classes sociales. Alors qu’en France il a fallu attendre 1998 et la victoire en Coupe du Monde pour que le football perde son image de sport de beauf, en Angleterre la sortie au pub ou au club local, comme le match du week-end sont des institutions. Tellement indissociables que la Mancunien Rio Ferdinand a monté son label pour promouvoir les groupes de rap de sa ville.marseille-trop-puissant.JPGLe cas de Marseille est également emblématique. Beaucoup plus récent dans sa création de clubs de supporters (années 80) ces derniers cultivent aussi l’éclectisme –musical entre autre- dans leurs goûts. A Marseille, le stade est une tribune. On y affiche ses opinions : drapeaux du Che, promotion de la ganjah, affirmation de son anti-fachisme, ou ses goûts musicaux qui peuvent même pénétrer l’iconographie de groupes de supporters. On le voit ici avec cette bannière à l’effigie de Bob Marley.Marseille où les stars locales de la musique –Massilia Sound System, I Am, Oaï Star– affichent leur lien au club et se croisent dans les travées du stade Vélodrome. Le site Internet du plus sympa des clubs de supporters, les Marseille Trop Puissant, mêle allégrement football, hommage au chanteur décédé Lux B, liens vers des blogs sociaux et politiques, action sociale et pastiche musical sur l’air des Choristes http://www.supporters-de-marseille.com/OM-Radio.html

orchestre_national_lyon.jpgLes équipements culturels ont bien compris les bénéfices qu’ils peuvent tirer du football. Récemment, l’auditorium de Lyon se lançait dans une campagne de promotion de la musique en proposant un billet commun pour 2 manifestations, un match de championnat de l’Olympique Lyonnais et un concert de l’Orchestre national de Lyon… Pas mal, non? A part pour choisir les vêtements adéquats bien sur…

Le parallèle musico-sportif ne s’arrête pas là. L’actualité nous montre que, loin de sa cantonner au microcosme musical, la drogue, le dopage et les pratiques sexuelles effrénées ne sont pas étranger au monde du football. Pour la musique, cela fait belle lurette qu’on sait que certaines stars ne carburent pas qu’à l’eau claire et finissent rarement leurs soirées seuls au bar. Cela fait partie de l’imagerie rock ‘n’ roll. Mais pour le football… certains sont tombés des nues. Le sexe on en a assez entendu parler (Zahia, représente…). Quant à la drogue, outre les affaires de dopage -créatine et compagnie- on se rappelle de certains cas révélés de prise de cocaïne ou de haschich, même chez certains joueurs de l’Equipe de France…. Et oui même les gentils footballeurs pères de famille! Que voulez-vous, en pleine force de l’âge, adulés, sous pression, les stars des 2 camps n’en restent pas moins des hommes attirés par les plaisirs interdits.On l’aura donc bien compris à la lecture de ce dossier : foot et Rock: même combat!

PS : Facile: qui le 1er reconnaitra le joueur qui figure sur l’illustration de haut de page et qui s’est entraîné quelques jours avec Bob Marley à Nantes?

Categories : A découvrir - tags : ,

3 réponses

  1. Jérôme dit :

    Kiki is the winner!!! Congratulations… En effet Marley et ses Wailers en tournée dans le coin organisèrent un match amical contre 5 titulaires du FC Nantes qui pensaient ne faire qu’une bouchée de ces musiciens à l’hygiène de vie… fumeuse. Surprise, les Wailers ouvrent la marque, les Nantais recollent au score, les Wailers marquent à nouveau et ainsi de suite jusqu’à la victoire in extremis des pros de Ligue 1… bluffés par la qualité des Jamaïquains. Citons cette phrase de Marley à propos du football: « Le football est une aptitude à part entière. Un monde à part entière. Un univers entier en soi-même. J’aime ça parce que tu as besoin d’être doué pour y jouer. Le football, c’est la liberté !  » True man…

  2. Jérôme dit :

    Allez voir ce beau projet de la bibliothèque Jean Prévost de Bron, soit en vrai pour ceux qui peuvent, soit un apercu sur ce forum http://footnostalgie.free.fr/forum/viewtopic.php?f=6&t=2047&sid=ab504b91c71b225e4df0848262e4ba61&start=315. Super idée!

  3. kiki dit :

    Ben c’est Henri Michel !!!

Laisser un message