ABBATH – Outstrider

On parle peu souvent de black metal sur Bmol et c’est bien dommage car il y a dans ce genre comme dans d’autres des choses dignes d’intérêt. Aujourd’hui je ne vous parlerai donc pas de Wolves in the throne room, de Yeruselem ou de Blut Aus Nord, mais de Abbath.

ABBATH c’est le projet solo du chanteur d’Immortal, groupe emblématique du black metal scandinave en général et norvégien en particulier. Petite anecdote amusante, quand vous commencez à tapez les premiers lettres dans YouTube, vous avez la proposition «Immortelle » de Lara Fabian. Et pour les Bibliothèques ça n’est guère mieux, le catalogue de Grenoble renvoyant à …Edith Piaf (?!) et au bluesman Mississipi John Hurt ?! Hum… non, pas vraiment le propos…

Évacuons tout de suite la partie qui fâche : le look ! Entre bouffonnerie et grand-guignol tout droit sorti d’un mixte entre le genre heroic-fantasy et forgeron de l’enfer. Le bougre a même hérité depuis son départ d’Immortal d’un dos-carapace de cafard du plus mauvais effet. Bon ça peut faire son effet surtout en noir et blanc avec moult ralentis et dans les forets enneigés de Scandinavie (la présence de la nature est un autre incontournable dans les visuels du genre ), ça peut aussi être involontairement comique comme dans cette vidéo avec metalleux perdus sur un plateau au milieu de la neige sous l’orage et autre solo de guitare sur fond de lac gelé…

Bon je me moque, je me moque mais je les aime bien en fait les gars d’ABBATH et même je les trouve plutôt inventifs dans leur genre surtout comparé à plein d’autres groupes formatés et bas du front répétant ad nauséeum les mêmes gimmick et autres chants gutturaux. Ici vous avez tout ça mais c’est le meilleur du genre rehaussé par des parties plus « atmosphériques » où les guitares acoustiques se taillent la part du lion et viennent apporter de belles respirations au sein de compositions qui sans cela, auraient été assez étouffantes…

Mention spéciale au batteur, qui non content d’avoir un kit de batterie digne de Christian Vander, multiplie les parties ultra-techniques qui s’apparente autant à du sport qu’à de la musique…

Un album typé black metal  donc mais en même temps assez direct et « accessible », si ce mot à un sens pour n’importe qui n’a jamais écouté de black metal…

Ou trouver ce document ?

Author: Julien

Né quelques jours après la mort de Jimi Hendrix (on fait se qu'on peut). S'est flatté pendant longtemps de détester le jazz mais attribue désormais cela à une erreur de jeunesse. Déteste vraiment la nouvelle-nouvelle-nouvelle chanson française. Se gausse pourtant d'avoir vu Bashung un soir de 1995 et d'y avoir pris du plaisir. A tenté (vainement) d'être musicien et traine depuis son mal-être dans des débats musicaux stériles. Persiste a porter des pulls à capuche et des Converse (le plus souvent déchirées) à bientôt 40 ans…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.