Le mariage de la carpe et du lapin, acte 2

jeffmillsetmikhailrudy_dp2

Eh bien non, décidément, le mariage entre musique classique et électro n’est pas si incongru, et même n’est pas si rarissime que ça :

Après Statea, de Murcof et Vanessa Wagner, deuxième démonstration avec « When time splits » de Mikhaïl Rudy  Jeff Mills :

À ma gauche : Mikhaïl Rudy, pianiste d’origine russe formé au Conservatoire Tchaikovski de Moscou, interprète de Brahms, Schumann, Rachmaninov, Scriabine, Ravel etc ; également auteur d’un spectacle tiré du roman « Le pianiste » de Władysław Szpilman, et d’un livre, « Le Roman d’un pianiste ou L’Impatience de vivre » ; un artiste donc habitué à sortir du cadre, comme dans le projet « Double dream » avec le pianiste de jazz Misha Alperin.

À ma droite : Jeff Mills, pionnier de la musique techno, tout droit issu de Detroit, star internationale du dance-floor ; mais pas seulement : c’est aussi un expérimentateur, doublé d’un passionné de science-fiction et de cinéma (il a composé en 2000 une nouvelle bande-son du film Metropolis de Fritz Lang).

Et c’est là le point de convergence entre ces deux artistes également cinéphiles : lorsqu’en 2015  l’Auditorium du Louvre, dans le cadre de l’opération « Duos éphémères », donne carte blanche à Jeff Mills, celui-ci fait aussitôt appel à Mikhaïl Rudy. Car « les Duos éphémères sont des rencontres inédites, des unions fugitives entre des joyaux des archives cinématographiques et des musiciens ou DJ choisis par une personnalité de la scène musicale. »

Et c’est sur les rushes de l’Enfer, film inachevé de Georges Clouzot (tourné en 1964), bourré d’effets visuels inédits et surprenants, que les deux musiciens improvisent en direct.

L’improvisation est totale, dans un dialogue permanent entre les deux, à armes égales, les aspects rythmiques et mélodiques passant indifféremment du piano à l’électronique.

Au final, un duo plus tellurique que celui de Murcof et Vanessa Wagner : là où Statea s’élevait avec légèreté et transparence, le duo Rudy / Mills nous ancre dans la tourbe des passions humaines, voire nous attire au bord de gouffres infernaux (écoutez les échos inquiétants de « Scream » ou de « Black and white »).

L’atmosphère est à l’image de celle du film « maudit » de Clouzot : étrange et inquiétante, ponctuée  de quelques éphémères oasis de clarté.

 

Auteur : Martine

Si j'avais le choix de la couleur, j'aimerais assez être bleue, comme la note du même nom; si j'étais une note, j'aimerais être n'importe quelle petite croche de l'adagio du concerto pour clarinette de Mozart (et je promets de rester bien à ma place), ou encore un silence entre 2 notes de Thelonious Monk; si je devais changer de métier, je me vois bien pâtre sur un rocher chez Schubert ou ornithologiste chez Charlie Parker… Mais bon, j'avoue, dans la vraie vie je m'appelle Martine, et je suis amatrice, outre de musiques en tous genres - mais plus particulièrement celles qui passent à des heures impossibles à la radio - de moelleux au chocolat (avec un fond de sauternes), car c'est bien connu, ventre affamé n'a point d'oreille, et dans notre métier, les oreilles, c'est essentiel !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.