Gotainer, saperlipopette !

Richard Gotainer a eu 70 ans aux fraises cette année. Après 40 ans de carrière, une bonne vingtaine d’albums, des contributions au cinéma et à la TV, en tant qu’acteur, publiciste, scénariste ou producteur de BO, Il présente son petit dernier,  « Saperlipopette (or not saperlipopette) ».

Retour en trompettes donc.  Cela faisait dix ans qu’on n’avait pas entendu la verve de Gotainer. Son dernier album contient neuf titres inédits et confirme que l’humour, ça conserve. Richard Gotainer ou l’art d’être grossier tout en délicatesse dans « Saperlipopette » must du disque, incarnant l’esprit à la fois gouailleur, cultivé et potache de son auteur interprète. Citations : « Quoi de plus savoureux, de plus jubilatoire, qu’un gros mot bien juteux pour fleurir une histoire /D’une couille bien placée, d’un trou d’ balle bien senti/Et la phrase étriquée se transmute en saillie ». Un titre qui s’apprécie pour sa langue mais aussi par l’intermédiaire d’un des trois clips réalisés pour l’occasion par son fils, Léo Gotainer.

A travers les pistes, on rencontrera aussi quelques animaux (dans la lignée du Youki). Avec « Les Moutons », il pourfend la pensée unique. Extraits :  « Les moutons paissent en paix  / Du moins on le dirait./ L’animal est grégaire/ Dans « grégaire » y’a « guéguerre ». Une seule brebis galeuse / Rend la horde batailleuse / La moustache restera grande / L’ovin s’avère méchant. »

Mais on croise également des chats, dans « Un chat, un chat » où là, c’est au tour de la novlangue d’être  vilipendée. Un pur régal. On ne vous en dira pas plus pour vous laisser découvrir ces chansons dans leurs singularités et  leur  complémentarité.

Un album plus  » sociétal » comme dit le sacré Richard. Que cela ne vous empêche pas de refaire un tour par ses disques passés, musique pour les enfants comprise. 

Où trouver ce document ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.